(Ottawa) Le mois dernier, une consultation organisée par le gouvernement Trudeau rapportait que les Canadiens s’opposent à l’interdiction des armes d’assaut et des armes de poing. Un sondage publié cette semaine vient dire tout le contraire.

Lina Dib
La Presse canadienne

L’exercice du gouvernement a été fait en ligne. On pouvait y répondre autant de fois qu’on voulait et 134 917 questionnaires ont été remplis.

Le sondage Angus Reid a utilisé un échantillon qu’il estime représentatif de 1525 Canadiens, également consultés en ligne. L’Institut Angus Reid se présente comme une fondation nationale de recherche sur l’opinion publique sans but lucratif et non partisane.

Selon la consultation du gouvernement, 93 % des Québécois s’opposeraient à ce qu’on limite davantage l’accès aux armes d’assaut et 95 % d’entre eux ne voudraient pas non plus qu’on le fasse pour les armes de poing.

Le sondage Angus Reid effectué fin avril constate plutôt que 80 % des Québécois veulent qu’on limite davantage l’accès aux armes d’assaut, et que 72 % veulent plus de limites pour l’accès aux armes de poing.

Invité à commenter la contradiction, le bureau du ministre responsable de ce dossier, Bill Blair, a fait savoir que le ministre n’était pas disponible pour une entrevue, vendredi. Sa porte-parole s’est contentée de répéter que le ministre avait fait une vaste consultation et que pour ce qui est de la suite des choses, « aucune option ne sera écartée ».