Nul besoin d'être un grand journaliste d'enquête pour débusquer des gens en furie contre la hausse draconienne et soudaine du prix de l'essence, jeudi, un jour avant le début des vacances de la construction. Le litre d'essence oscillait autour de 1,50 $ dans les stationsservice de la métropole, soit environ 10 cents de plus que la veille.

Hugo Meunier LA PRESSE

Prix de l'essence: les politiciens se renvoient la balle

Plusieurs automobilistes rencontrés à la pompe encaissaient cette augmentation avec colère et résignation. « Ça monte toujours avant les vacances et les longs congés. Ça me dérange, mais c'est toujours comme ça ! », plaide Peter Kock, en train de faire le plein dans sa camionnette.

« Ça me coûte 75 $ alors que c'était 64 $ le mois passé », ajoute l'homme qui travaille sur la route. Il admet être contraint d'adapter son mode de vie aux fluctuations du prix de l'essence. « On visite plus souvent ma belle-mère, qui habite près de la frontière du Vermont, où l'essence coûte moins cher », raconte le Montréalais.

Le fait de travailler dans un journal familial nous oblige à censurer certains propos tenus à l 'endroit des sociétés pétrolières par Stéphane Carle, qui se prépare à prendre la route des vacances avec sa grande famille. « Je suis découragé et ça m'empêche de sortir.

J'ai un petit salaire, moi ! », peste ce père de sept enfants qui dit avoir renoncé à un séjour dans le nord du Québec justement à cause du prix de l'essence. « Arrêtez de nous voler ! C'est ridicule ! », lance-t-il à l'endroit des sociétés pétrolières.

Éric Boisvert, ferblantier de la couronne nord, entame ce matin ses vacances avec un peu d'amertume. « Le prix de l'essence va me toucher directement et avoir une influence sur mes dépenses », explique le travailleur, qui a notamment envisagé de se rendre aux États-Unis.

« On risque d'aller moins loin », déplore-t-il. Pour sa part , Stéphane Brault se souvient avec nostalgie de cette époque pas si lointaine où le litre d'essence menaçait de franchir la barre psychologique du dollar. « J'ai quatre enfants. L'essence coûte cher pour notre fourgonnette, on n'aura pas le choix de se restreindre dans nos loisirs », admet le père de famille de Verchères.

« Tous les étés, c 'est la même chanson », dit pour sa part en soupirant Patrice Noiseux, résigné, qui travaille sur la route dans le milieu de l'immobilier. « Ce n'est pas correct, c'est malhonnête, mais on ne peut rien y faire... »

À en croire le site essencequebec. com, les automobilistes auraient intérêt à faire le plein à l'extérieur de la métropole. Dans certaines régions du Québec, le litre d'essence coûte 20 cents de moins qu'à Montréal.

«On a doublé notre achalandage ces derniers jours », constate Chris Diraddo, qui gère depuis quelques années le site permettant aux visiteurs de trouver les lieux les plus économiques pour faire le plein au Québec.

«Le prix de l'essence grimpe toujours avant les vacances, mais rarement aussi haut», admet-il.

Du côté de l'Institut canadien des produits pétroliers et de CST Canada qui possède notamment les détaillants Ultramar , personne n'a souhaité commenter la hausse du prix de l'essence.