Trois remorqueurs épinglés pour collusion par le Bureau de l'inspecteur général (BIG) de Montréal seront interdits de tout contrat avec la métropole jusqu'en septembre 2021.

Publié le 9 nov. 2016
Pierre-André Normandin LA PRESSE

L'administration Coderre a annoncé donner suite à la recommandation de Me Denis Gallant de les inscrire à la liste noire des entreprises interdites. « Ils vont être exclus pour une période de cinq ans », résume Lionel Perez, élu responsable des infrastructures.

Il s'agit de Remorquage TAZ, Remorquage Mobile et Auto Cam 2000. Leurs dirigeants Jean-Marc Lelièvre, Réal Tourigny et Steve Lenfesty, ainsi que « toutes les personnes liées à ces entreprises », verront aussi leur nom ajouté à la liste noire.

Lionel Perez a qualifié de « preuve accablante qui a démontré une collusion » l'enquête réalisée par le BIG sur les pratiques de ces remorqueurs. Le rapport dévoilé cet automne avait permis de découvrir que les entrepreneurs se partageaient les territoires à Montréal et fixaient leurs tarifs avant de participer aux appels d'offres. Les dirigeants avaient reconnu communiquer entre eux, mais disaient ignorer que la pratique est interdite.

« Les manigances dont ils faisaient preuve consistaient à se répartir les appels d'offres auxquels chacun devait soumissionner en s'entendant sur les tarifs horaires à soumettre et le nombre de remorqueuses qu'ils devaient mettre à la disposition de chacun des arrondissements concernés », indique la Ville. Le BIG avait résilié certains de leurs contrats, mais avait recommandé que Montréal aille plus loin en les mettant à l'index pour cinq ans. Le conseil municipal doit lui aussi se prononcer sur le sujet avant que les remorqueurs soient officiellement inscrits à la liste noire.