Incertain de l'impartialité du processus, Denis Coderre demande la suspension des audiences de l'Office national de l'énergie (ONE) sur le projet de pipeline Energie Est.

Publié le 25 août 2016
Daphné Cameron LA PRESSE

Le maire de Montréal doit y présenter un mémoire lundi, mais il se dit désormais « mal à l'aise » avec le fait que deux des trois commissaires attitrés au dossier ont rencontré Jean Charest en janvier 2015 alors qu'il était consultant pour TransCanada.

« Lundi, l'éléphant dans la pièce ça va être la question : est-ce que ces gens-là sont aptes à être des commissaires? » a déclaré le maire en fin d'après-midi lors d'un point de presse à l'hôtel de ville. « Je demande à ce qu'on puisse retarder ce processus qui donne une impression problématique... Si on rencontre des lobbyistes pour TransCanada, ça envoie un message un peu bizarre », a-t-il ajouté.

Ce matin, Le Devoir rapportait que l'ONE refusait de récuser les commissaires Jacques Gauthier et Lyne Mercier et qu'il ne serait pas permis d'aborder, lors des audiences, la question de leur rencontre avec l'ancien premier ministre du Québec. Selon les notes manuscrites de la rencontre à laquelle le président de l'ONE, Peter Watson, a également participé et que Le Devoir a obtenues, le projet du pipeline était au coeur des discussions.

Au cours des derniers jours, deux groupes ont fait parvenir des requêtes à l'ONE pour demander le retrait des deux commissaires.

« Ils doivent prendre une pause et se dire OK, est-ce que je sers vraiment la cause et mon rôle? » a remarqué le maire Coderre au sujet des commissaires.

La Communauté métropolitaine de Montréal (un regroupement de 82 municipalités où résident 3,9 millions de personnes, présidé par le maire Coderre) s'oppose à la construction et au tracé du projet Oléoduc Énergie Est à cause de ses risques environnementaux et de son peu de retombées économiques. Selon le maire Coderre, la construction de cet oléoduc engendrerait des retombées fiscales annuelles de 2 millions, alors qu'un déversement majeur pourrait coûter entre 1 et 10 milliards.