La fête des Travailleurs s'est terminée en multiples affrontements entre policiers et manifestants anti-capitalistes ce soir au centre-ville de Montréal. Plusieurs personnes ont été interpellées, un policier a été blessé au visage et des voitures ont été vandalisées.

Mis à jour le 1er mai 2015
Jasmin Lavoie LA PRESSE

La vidéo promotionnelle de la Convergence des luttes anticapitalistes (CLAC), semblait déjà vouloir donner le ton à la soirée. «Soyons clair: le but de la manifestation sera de perturber autant que possible les activités commerciales habituelles de ce secteur de la ville. Cette manifestation vise à déranger l'ordre établi, car c'est le but de toute manifestation digne de ce nom».  

Dès le départ au square Phillips, un affrontement a éclaté entre les forces de l'ordre et quelques manifestants. Un policier du SPVM a alors utilisé du poivre de Cayenne.

Environ 15 minutes plus tard, le SPVM s déclaré la manifestation illégale à la suite d'un second affrontement à l'angle des rues McGill College et Maisonneuve.  

Les agents du SPVM, aidés par leurs collègues de la Sûreté du Québec, ont alors lancé des mesures de dispersion. Des gaz irritants et des bombes assourdissantes ont été envoyés sur la rue Sainte-Catherine. Sur les réseaux sociaux, plusieurs personnes ont rapporté que des passants ont été incommodés, dont un enfant en bas âge.

La foule a vite été divisée en groupuscules. Dans les heures suivantes, le SPVM a pourchassé les contestataires aux quatre coins du centre-ville. 

Le SPVM demande aux gens de quitter le centre-ville après le match des séries éliminatoires de hockey au Centre Bell. Selon la police, certains manifestants, qui rôdent encore dans le secteur, pourraient profiter de la sortie des partisans pour commettre des méfaits.