Des bonshommes de neige au visage crispé qui marchent d'un pas maladroit sur les trottoirs qui ont rétréci, quand ils n'ont pas carrément disparu; des conditions routières difficiles entraînant de nombreuses sorties de route et même des carambolages. Pas de doute, Montréal vient de vivre sa première vraie tempête de la saison, et il faudra encore quelques jours pour s'en remettre.

Mis à jour le 16 déc. 2013
Annabelle Blais et Philippe Teisceira-Lessard LA PRESSE

Cliquez ici pour consulter l'horaire des vols

Cliquez ici pour consulter l'état des routes

De nombreux citoyens, dans le confort de leur salon, ont peut-être été charmés par la poésie des flocons de neige tombant silencieusement dans les rues de la ville, dimanche. Mais au moment de pelleter l'entrée, de déblayer la voiture et de mettre deux fois plus de temps pour se déplacer d'un point à un autre, la magie n'opérait probablement plus.

Environ 35 cm de neige sont tombés sur Montréal dans la nuit de samedi et une bonne partie de la journée de dimanche, selon Environnement Canada. La Ville de Montréal, qui a fait le point en matinée, a mobilisé près de 1000 appareils et autant d'employés pour déneiger les rues et trottoirs. Les grandes artères de la métropole, les rues desservies par les circuits d'autobus, les entrées des stations de métro et les hôpitaux sont prioritaires.

La Ville espérait avoir terminé le déblaiement à temps pour l'heure de pointe de ce matin. Le chargement de la neige devait débuter en soirée dans l'arrondissement de Ville-Marie, au centre-ville.

«On demande aux gens d'être patients, a affirmé Anie Samson, responsable de la sécurité publique et des services aux citoyens au comité exécutif. Lundi matin, les citoyens vont nous dire que la neige n'a pas été enlevée au complet, mais il faut être réaliste.»

Généralement, les opérations de déneigement pour une tempête avec des accumulations au sol de 15 cm peuvent prendre 4 jours. «On devrait avoir terminé d'ici la fin de la semaine... s'il ne neige pas plus», a précisé Mme Samson, tout en demeurant prudente.

La neige a cessé de tomber en fin de journée à Montréal tandis que la Mauricie recevait encore quelques précipitations et que la région de Québec se trouvait au coeur de la tempête, vers 17h. Lundi, ce sera au tour de la Nouvelle-Écosse et de Terre-Neuve d'y goûter.

De nouvelles chutes de neige sont toutefois attendues mardi à Montréal, mais Samir Al-Alwani, météorologue chez Environnement Canada, assure qu'il ne s'agit que de quelques centimètres.

Déplacements difficiles

Sur les routes du Québec, les déplacements ont été très difficiles une bonne partie de la journée. «Les températures froides font en sorte que la neige est plus sèche, et ça ne prend pas grand vent pour que la visibilité soit nulle»,

a expliqué M. Al-Alwani.

La Sûreté du Québec a dénombré plusieurs sorties de route et quelques accidents avec blessés graves. À Québec, une dizaine de véhicules sont entrés en collision, ce qui a entraîné la fermeture d'une partie de l'autoroute Dufferin-Montmorency. L'accident a fait un blessé grave et deux blessés sérieux.

Un autre carambolage s'est produit sur l'autoroute 40 à la hauteur du boulevard Saint-Jean-Baptiste, à Montréal. Une quinzaine de véhicules ont été impliqués. Plusieurs personnes ont été transportées à l'hôpital, mais on ne comptait aucun blessé grave. L'autoroute a été fermée pendant quelques heures en matinée.

Sur la route 131, à Joliette, une voiture a tenté de dépasser une déneigeuse et a fait un face-à-face avec un camion roulant en sens inverse. Cinq personnes ont été blessées, dont une gravement.

«Les collisions sont causées par une combinaison de facteurs, par contre, le facteur humain demeure le facteur principal», a souligné Ann Matthieu, porte-parole de la Sûreté du Québec, qui a appelé les automobilistes à demeurer prudents sur les routes.

Des flocons qui valent des millions

Une tempête de neige coûte environ 20 millions à la Ville, a indiqué Anie Samson, responsable de la sécurité publique et des services aux citoyens au comité exécutif. Pour 2013-2014, la Ville dispose d'un budget de 150 millions pour les opérations de déneigement. Si Montréal essuie plus de sept tempêtes (ou reçoit plus de 200 cm de neige), ses finances en prendront pour leur rhume. «La sécurité de nos citoyens n'a pas de prix et on n'essaiera pas de faire des économies sur le dos des citoyens là-dessus», a assuré Mme Samson.

Maux de tête à Montréal-Trudeau

Presque 300 vols à destination ou en partance de l'aéroport Pierre-Elliot-Trudeau ont été touchés par la vigoureuse tempête d'hier, selon un compte rendu public en début de soirée.

Les autorités aéroportuaires ont dénombré 72 vols annulés durant la journée en raison des conditions météorologiques extrêmes. La majorité de ceux-ci était des vols intérieurs, mais aussi 16 liaisons avec les États-Unis et 2 internationales.

Sur le plan des retards, la situation semblait se résorber lentement, hier en soirée.

Au cours de la journée, plus de 200 vols ont enregistré plusieurs minutes ou quelques heures de retard. Encore une fois, les liaisons avec le reste du Canada étaient plus touchées que les vols internationaux.

Un bris s'ajoute sur le Plateau

Comme si la bordée de neige ne suffisait pas, le trajet jusqu'au travail pourrait être encore plus ardu pour plusieurs automobilistes montréalais ce matin en raison de problèmes de voirie. Le Service de police de la Ville de Montréal a annoncé hier soir que deux zones névralgiques de l'arrondissement du Plateau-Mont-Royal seront fermées à la circulation aujourd'hui.

L'intersection du boulevard Saint-Joseph et de la rue Saint-Denis sera complètement fermée à la circulation à l'heure de pointe.

Cette fermeture est liée à un bris d'aqueduc survenu samedi matin. Non loin de là, des voies de circulation seront également fermées sur l'avenue Papineau, entre les rues Rachel et Marie-Anne. Les autorités craignent un affaissement de chaussée, a indiqué l'agent Dany Richer.