Le gouvernement du Québec et les maires qui siègent au comité Mobilité Montréal ont obtenu hier le rétablissement de la voie réservée aux autobus sur le pont Champlain pour la pointe du matin, contre l'avis des gestionnaires du pont, qui craignent une augmentation de la congestion matinale.

Bruno Bisson LA PRESSE

L'exploitation de cette voie réservée aux autobus, qui accueille chaque matin plus de 20 000 passagers en direction de Montréal, est interrompue depuis mercredi en raison de la découverte d'une fissure dans une poutre de rive du pont Champlain et de la fermeture d'une voie de circulation, pour un mois, en direction de la Rive-Sud.

À compter de lundi, cette voie réservée, qui est normalement en service sur une des voies de circulation en sens inverse de la pointe, sera déplacée sur l'une des trois voies de circulation en direction de Montréal.

Ce déplacement aura pour effet de retrancher une voie de circulation sur trois pour les automobilistes, qui ne disposeront plus que de deux voies pour entrer à Montréal au moment de la journée où le pont est le plus sollicité.

Selon des scénarios présentés hier aux élus, dirigeants des sociétés de transports en commun et représentants de la communauté d'affaires, réunis d'urgence par le ministre des Transports du Québec, Sylvain Gaudreault, l'aménagement d'une voie réservée dans le sens de la circulation provoquera des embouteillages de plusieurs kilomètres aux approches du pont, sur la Rive-Sud.

Des kilomètres d'attente

À 8h du matin, selon les simulations présentées, la congestion «supplémentaire» va s'étendre sur plus de 2,3 kilomètres, entre l'autoroute 30 et le pont Champlain, et sur plus de 2,4 kilomètres, sur la route 132, en provenance de Longueuil.

Les «zones de congestion» supplémentaires s'étendront aussi sur 3,4 kilomètres sur l'A15/R132, en provenance de La Prairie. La circulation sera ralentie sur une distance de 1 ou 2 kilomètres sur le boulevard Taschereau (route 134) en direction de l'autoroute 10, qui mène vers le pont Champlain.

Le scénario privilégié par Mobilité Montréal n'est «pas optimal», ni sur le plan de la sécurité ni sur celui de la fluidité du trafic. Le document de la société des ponts mentionne de plus que même la Sûreté du Québec juge que la solution n'est «pas optimale».

À la SQ, hier, le sergent Benoît Richard a seulement indiqué à La Presse hier que «la Sûreté du Québec n'a pas participé à la rencontre» de Mobilité Montréal et que ses actions seront ajustées «en fonction des décisions qui seront prises».

Selon l'analyse de la société des ponts, la suspension de la voie réservée durant les quatre semaines que prendront les travaux de réparations de la poutre fissurée, serait le scénario qui aurait le moins d'impacts négatifs sur la circulation.

Dissensions

Le maintien de la voie réservée aux autobus du matin, entre la Rive-Sud et Montréal, était réclamé par la mairesse de Longueuil, Caroline St-Hilaire, qui s'est réjouie de cette décision, et souhaitée par le ministre des Transports, Sylvain Gaudreault. L'Alliance Transit, qui fait la promotion d'un meilleur financement pour les transports en commun, avait aussi dénoncé l'interruption de ce service, plus tôt cette semaine.

Selon les données fournies aux gestionnaires du pont par l'Agence métropolitaine de transport, environ 30 autobus sur les 450 qui empruntent le pont Champlain durant l'heure de pointe du matin auraient accusé un retard d'environ 15 minutes, depuis la fermeture de la voie, soit moins de 7% du total.

À la sortie de cette rencontre du comité de direction de Mobilité Montréal, un comité spécial sur la congestion qui ne s'était pas réuni depuis plus d'un an, le PDG de l'Association du camionnage du Québec, Marc Cadieux, s'est dit «perplexe» devant les différents scénarios de voie réservée parce qu'il n'avait pas suffisamment de données pour évaluer leurs impacts.

Pour sa part, le maire de Brossard, Paul Leduc, s'est déclaré «très inquiet» des impacts de la perte d'une voie de circulation pour les automobilistes et a dit appréhender des bouchons de circulation «catastrophiques» aux approches du pont Champlain, dès lundi.