Le premier ministre Stephen Harper persiste et signe : s'il n'y a pas de péage, il n'y aura pas de nouveau pont Champlain.

Karim Benessaieh LA PRESSE

«Nous n'avons aucun projet comme ça dans le reste du Canada, a-t-il expliqué cet après-midi devant un parterre de gens d'affaires au Palais des congrès. C'est seulement ici que nous avons un pont régional qui sera construit complètement par le fédéral. Il est nécessaire pour avoir l'appui des contribuables que nous ayons la participation financière de la population ici. Alors il y aura un péage.»

M. Harper a cependant tenu à défendre le bilan de son gouvernement qui, depuis 2006, a investi plus de sept milliards dans la réfection des infrastructures au Québec. «Dans le budget de cette année, nous avons annoncé des investissements encore plus grands dans les infrastructures, pour près de 70 milliards de dollars», a-t-il précisé. En ce qui concerne le pont Champlain, «géré par une agence autonome», on a déjà investi plus de 400 millions depuis 2006 pour le réparer.

«Avec toute cette controverse, il est nécessaire de mentionner que notre gouvernement a donné des fonds de réparation chaque fois que ç'a été demandé. Et dans les récentes semaines, nous avons reçu de nouveaux rapports qui demandent des centaines de millions de dollars de réparations.»

Son gouvernement s'est engagé à construire un nouveau pont «aussi vite que possible», a-t-il rappelé. Le premier ministre du Canada a fait cette déclaration en marge de sa conférence organisée par la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, qui portait sur le libre-échange avec l'Europe.

Il a pu rencontrer brièvement son ancien adversaire libéral, Denis Coderre, invité à la table d'honneur. Avec humour, il a salué «le nouveau maire de Montréal qui [l]'a applaudi pour la première fois aujourd'hui.»

Coderre toujours opposé au péage

En point de presse peu après, M. Coderre a réitéré son opposition au péage sur le pont Champlain. Il affirme en avoir fait part au premier ministre. «On est à la même table, on a discuté ensemble (...) Je pense que si on a un péage maintenant, ça va avoir un impact négatif sur le plan économique. Là, ils vont vouloir en mettre partout. Ça va créer un effet trou de beigne au centre-ville de Montréal.»

Il s'érige en faux contre la description que fait M. Harper du projet de pont Champlain. «Moi, je pense que ce n'est pas un nouveau pont, c'est un pont existant qu'on remplace. Il y a une nuance importante.»

Pour Denis Coderre, la sortie de M. Harper sur le péage «est une première position», «une position de négociation». «Quoi, si le pont n'existe plus, on ne rebâtira pas le pont? C'est la priorité du toute façon du gouvernement du Canada. Quand je vais aller le voir, on va se parler de façon plus formelle.»