«Pas étonnant que le NON ait gagné avec le nombre d'anglophones qu'il y a en Écosse.» - Un observateur péquiste

Stéphane Laporte LA PRESSE