Dans un article publié le 26 janvier 2013 sur le site web lapresse.ca, nous avons erronément indiqué que Me Anne-France Goldwater, l'avocate de la requérante dans l'affaire de «Lola et Éric», avait identifié «Éric» lors d'une entrevue diffusée sur les ondes du 98,5 FM et qu'elle s'exposait à des accusations d'outrage au tribunal. Or, il s'avère que Me Goldwater n'a jamais identifié «Éric» lors de cette entrevue et qu'elle n'a donc commis aucune infraction de nature juridique ou déontologique. Nous sommes désolés de ce malentendu.

LA PRESSE