Un présumé agresseur sexuel en série arrêté en mars dernier pour avoir violé une femme dans un boisé de Montréal fait face à de nouvelles accusations d'agression sexuelle dans un autre dossier. Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) recherche ainsi d'autres victimes potentielles d'Adamo Bono, 35 ans.

Mis à jour le 9 mai 2017
Louis-Samuel Perron LA PRESSE

Le modus operandi d'Adamo Bono est à glacer le sang. Le 2 mars dernier, il aurait abordé avec insistance une femme dans un autobus qui circulait sur l'avenue Van Horne à Montréal. Selon les policiers, il aurait ensuite suivi la femme dans la rue, puis l'aurait forcé à le suivre dans un proche boisé, où il l'aurait agressé sexuellement. La victime aurait ensuite réussi à prendre la fuite et à se réfugier chez un ami.

Cinq jours plus tard, Adamo Bono, un résidant de Côte-Saint-Luc, a été arrêté, puis accusé d'agression sexuelle et d'enlèvement. Après la médiatisation de cette histoire, une autre victime présumée du suspect s'est manifestée auprès des policiers. Adamo Bono a ensuite été de nouveau arrêté le 6 avril dernier, alors qu'il se trouvait à la prison de Bordeaux. D'autres accusations d'agression sexuelle ont ainsi été déposées à son endroit.

« Son modus operandi était très semblable. Il suit la victime, puis il l'amène de force dans un endroit pour faire des gestes à caractère sexuel, dont l'agression sexuelle», explique l'agent Jean-Pierre Brabant, porte-parole du SPVM

Selon les enquêteurs de la Section des crimes majeurs du SPVM, Adama Bono aurait pu faire d'autres victimes à Montréal. Celles-ci sont priées de communiquer avec le 9-1-1 ou à se rendre au poste de police de leur quartier