La Fraternité des policiers et policières de Montréal appelle ses membres à redoubler de prudence, alors que des policiers du SPVM ont été les cibles de coups de feu à quatre reprises au cours des six derniers mois.

Publié le 15 févr. 2021
Daniel Renaud
Daniel Renaud La Presse

« Vous savez également que la pandémie comporte plusieurs dimensions et qu’elle fragilise et met la population à cran. Ajoutez à ça une augmentation de la violence urbaine et des armes de poing en circulation et vous obtenez les problèmes et le climat délétère que nous devons notamment gérer. Nous sommes conscients que vous vivez sur le terrain une augmentation de la confrontation physique », écrit la Fraternité dans un message envoyé aux 4000 policiers et policières du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), obtenu par La Presse.

Le dernier évènement en lice est survenu samedi matin à Dollard-des-Ormeaux.

Lors d’un braquage à domicile raté, deux individus étaient cachés derrière une porte, dans le garage d’un immeuble, et auraient tiré à deux reprises en direction des patrouilleurs qui venaient d’arriver sur les lieux, sans les atteindre. Les deux hommes ont été arrêtés à l’issue d’une opération à laquelle le Groupe tactique d’intervention (GTI) du SPVM a pris part, et qui a forcé l’évacuation d’un certain nombre de résidants.

Il y a deux semaines, le 28 janvier, l’agresseur de l’agent Sanjay Vig, qui venait d’interpeller Mamadi III Fara Camara, a tiré deux fois vers le patrouilleur sans le toucher, avant de prendre la fuite à bord de sa voiture. Le suspect et l’arme de service du policier n’ont toujours pas été retrouvés.

Le 3 octobre, Denis Leblanc, soupçonné d’avoir tué ses deux sœurs dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve, aurait ouvert le feu en direction des policiers avant d’avoir un échange de tirs avec ces derniers et d’être appréhendé.

Enfin, le 13 septembre, alors que des policiers à vélo patrouillaient dans le Vieux-Port, Adam Pichette aurait tiré en leur direction, avant que ces derniers répliquent. En tout, une trentaine de coups de feu ont été tirés et cinq personnes ont été blessées, dont l’un des policiers.

Programme d’aide

« Évidemment, la COVID-19 a occupé beaucoup de place au courant des 11 derniers mois et vous savez qu’il faut respecter les règles à la lettre », ajoute la Fraternité au sujet des règles de santé et de sécurité du travail, dans son message envoyé à tous ses membres. La Fraternité invite également les policiers et policières à ne pas hésiter à faire appel au Programme d’aide aux policiers, en cas de besoin.

Outre ces quatre évènements de coups de feu, deux policières du SPVM ont été agressées lors d’une intervention pour une affaire de violence conjugale, le 3 février dernier, dans l’arrondissement de Montréal-Nord.

Pour joindre Daniel Renaud, composez le 514 285-7000, poste 4918, écrivez à drenaud@lapresse.ca ou écrivez à l’adresse postale de La Presse.