L’homme accusé d’avoir grièvement blessé un agent de sécurité d’un Walmart de Sherbrooke en fin de semaine a obtenu mercredi sa libération sous caution, alors qu’émergent des versions différentes de l’altercation présumée.

Sidhartha Banerjee
La Presse canadienne

La Couronne ne s’est pas opposée à la libération de Nacime Kouddar, âgé de 25 ans, détenu depuis lundi après avoir été accusé de quatre chefs : négligence criminelle causant des lésions corporelles, voies de fait armées, voies de fait graves et délit de fuite. La cause a été remise au 3 août, a indiqué l’avocate de la défense, Kim Dingman, en entrevue téléphonique mercredi matin.

L’accusé devra verser une caution de 2000 $, déposée par son père, qui s’est aussi engagé mercredi matin au tribunal à ce que son fils respecte ses conditions de remise en liberté — et à le dénoncer s’il ne les respecte pas, a précisé Me Dingman. L’accusé ne pourra pas communiquer avec la présumée victime, les membres de sa famille et les témoins, et il ne pourra pas revenir en Estrie, sauf pour les procédures. Il doit aussi retourner vivre à Mascouche, remettre son permis de conduire d’ici sept jours et s’abstenir de conduire un véhicule à moteur.

Sa libération sous caution a été accordée alors que les informations divergent sur ce qui s’est réellement passé à l’extérieur du magasin du secteur Fleurimont samedi après-midi.

La police de Sherbrooke indiquait en fin de semaine qu’un homme avait été frustré d’apprendre qu’une seule personne par véhicule était autorisée à entrer dans le magasin, en raison des mesures de distanciation sociale. La police affirmait que Philippe Jean, âgé de 35 ans, avait ensuite été heurté par une voiture conduite par l’accusé et traîné sur le capot sur plusieurs mètres.

Mais Me Dingman a déclaré qu’elle avait obtenu la vidéo de surveillance du stationnement, pas encore présentée au tribunal, qui offrirait selon elle une version bien différente. Elle n’a toutefois pas voulu divulguer les détails de ce qu’on voit sur la vidéo, qui devrait être utilisée lors d’un éventuel procès.

Comme la Couronne ne s’est pas objectée à la remise en liberté sous caution, mercredi matin, il n’y a pas eu d’audition ; la vidéo n’a donc pas été présentée au tribunal. « Vu qu’il n’a pas été déposé (au tribunal) ni rendu public, je ne ferai pas de commentaires sur son contenu », a expliqué Me Dingman.

Mais selon le quotidien La Tribune, de Sherbrooke, la bande vidéo montre le gardien de sécurité pourchasser la voiture de l’accusé, puis sauter sur le capot et frapper dans le pare-brise.

M. Jean est toujours hospitalisé avec de graves blessures à la tête. Une campagne de socio-financement a été interrompue mardi lorsqu’on a appris la version contradictoire des évènements. Lundi, la campagne avait franchi la barre des 100 000 $.