La juge à la retraite Anne-Marie Trahan est décédée la semaine dernière à l’âge de 72 ans des suites d’une courte maladie, ont annoncé des proches et différentes organisations au sein desquelles elle s’impliquait.

Philippe Teisceira-Lessard Philippe Teisceira-Lessard
La Presse

Mme Trahan a siégé à la Cour supérieure pendant 16 ans, jusqu’en 2010.  

Plus tôt cette année, l’archevêché de Montréal avait annoncé que la juge à la retraite dirigerait la révision de milliers de dossiers de prêtres afin d’y faire l’inventaire des allégations d’agression sexuelle contre les mineurs. Anne-Marie Trahan était une catholique convaincue, elle-même chancelière du chapitre canadien de l’Ordre de Malte.

« Anne-Marie restera longtemps pour nous un exemple de grande générosité », a affirmé sur les réseaux sociaux la Fondation du Collège universitaire dominicain, dont elle était administratrice.  

Elle était aussi impliquée dans le monde de l’art lyrique.