Ronald Chicoine, un entrepreneur qui a orchestré pendant des années des fraudes complexes d'auto-prêts et de fausse facturation dans le milieu de la construction doit retourner derrière les barreaux. Aujourd'hui, la Cour d'appel a ajouté plus de trois ans à la peine qui lui avait été infligée.

Publié le 14 sept. 2012
Christiane Desjardins LA PRESSE

Une peine de 7 ans remplace celle de 45 mois dont Ronald Chicoine avait écopé en décembre dernier, après avoir plaidé coupable à des accusations de gangstérisme, de fraude et de recyclage de produits de la criminalité. L'homme, qui est en libération conditionnelle depuis cet été et qui se trouve dans une maison de transition, a 72 heures pour retourner en prison, a ordonné la Cour d'appel.

Le plus haut tribunal de la province estime que le juge de première instance a fait plusieurs erreurs qui l'ont mené à infliger une peine trop légère. Les fraudes imputées aux stratagèmes de M. Chicoine sont évaluées à 17,5 millions. Certaines, basées sur un système de fausses factures, ont été commises entre juin 2007 et novembre 2008, tandis que l'autre (13 millions), s'est échelonnée sur une période de 14 ans. Il s'agissait de prêts entre Speedo, la société de prêts administrée par M. Chicoine, et des compagnies étrangères situées dans des paradis fiscaux. Dans ce dernier cas, la Cour d'appel souligne que M. Chicoine était l'instigateur, le principal bénéficiaire et le recycleur des produits de la criminalité.