Le bluesman Steve Hill et son bassiste ont été victimes d'une attaque gratuite aux mains d'un déséquilibré, ce matin à l'aéroport Pierre-Élliott Trudeau.

Hugo Meunier LA PRESSE

Un simple voyage en avion vers les Îles-de-la Madeleine s'est amorcé de manière brutale pour les musiciens, qui n'ont heureusement pas subi de blessures sérieuses dans l'incident.

Joint à destination en début d'après-midi, Steve Hill nous a raconté sa mésaventure.

Lui et son bassiste Rock Laroche se trouvaient dans la file d'attente pour réserver leurs sièges, lorsqu'un homme d'une trentaine d'années s'est planté devant eux, l'air bizarre. «Il s'est mis à crier : shut up! Shut up!, avec des gros yeux», raconte le chanteur québécois.

Quelques passagers ont quitté la file d'attente pour aller s'enregistrer plus loin, mais les deux musiciens ont décidé de rester dans la ligne et poursuivre leur conversation.

Loin de se douter que les choses allaient dégénérer de cette façon. «Je me suis dit, on ne va pas scraper notre voyage pour ça. Soudain, j'ai reçu un coup de poing à la nuque par derrière et Rock aussi été frappé au visage», explique le guitariste.

Les deux artistes ont vu des étoiles. «J'ai été sonné, j'ai perdu conscience quelques secondes», souligne M. Hill.

Après avoir rapidement repris leurs esprits, les bluesmen sont partis à la recherche de leur agresseur dans l'aéroport. Ce dernier était tout bonnement en train de se commander un hamburger au comptoir d'un restaurant.

Des policiers ont alors procédé à son arrestation. Le forcené s'en est alors pris à un des deux policiers, un colosse, qu'il a même tenté de désarmer.

Le suspect a finalement été maîtrisé. «Comme cette affaire m'a fait rater mon vol, j'ai porté plainte contre l'homme», souligne Steve Hill, conscient d'avoir tiré le mauvais numéro. «Ce n'est pas quelqu'un qui me connaissait et voulait s'en prendre à moi», résume-t-il.

Le Service de police de la Ville de Montréal confirme l'agression gratuite contre les deux hommes et les problèmes de santé mentale du suspect. «Il n'avait pas de billet, il n'avait tout simplement pas d'affaire là (à l'aéroport)», souligne l'agent Yannick Ouimet.

Le suspect sera accusé de voies de fait contre les musiciens et un policier et aussi d'avoir tenté de désarmer un agent de la paix.

Quant à Steve Hill et son bassiste, ils coulent quelques jours de vacances chez des amis, avant de monter sur scène aux îles à compter de jeudi.