Accusé de trois tentatives de meurtre et de voies de fait survenus au bistro Aux Derniers Humains au début du mois, Laurent Charles Lévesque est apte à subir son procès.

Caroline Touzin LA PRESSE

L'homme de 30 ans été évalué par un psychiatre de l'Institut Philippe-Pinel pour déterminer s'il était apte ou non à comparaître. Debout dans le box des accusés, menottes aux poings, il avait l'air détendu, ce matin,  lors de sa comparution au palais de justice de Montréal. Tout de noir vêtu, il a même souri à la juge lorsque cette dernière s'est adressée à lui.

La comparution a été brève. Après avoir lu les conclusions du rapport psychiatrique, l'avocate de l'accusé, Me Nathalie Pépin, a demandé qu'une seconde évaluation soit faite, cette fois-ci, sur la responsabilité criminelle de son client.

Trois personnes ont été poignardées dans ce café-bistro de La Petite-Patrie le 8 juillet dernier. Le drame s'est produit un peu après 11h au bistro à l'angle des rues Bélanger et Saint-Denis.

Un homme de 74 ans, a été atteint d'importantes lacérations à la cage thoracique. Les deux autres victimes, des hommes âgés de 54 et 30 ans, ont subi des blessures à la tête et au dos. L'une des propriétaires du bistro, Martine Girardi, a également été traitée pour un choc nerveux.

Le suspect a été appréhendé quelques minutes après l'agression près des lieux du drame. Il reviendra en cour le 23 août pour subir son enquête de remise en liberté.