Des citoyens de Pointe-Saint-Charles sont excédés par les fêtes qui se poursuivent régulièrement jusqu’aux petites heures du matin dans un nouveau penthouse luxueux de la rue du Centre. La Ville de Montréal dit être au courant du problème et travailler à le résoudre.

Publié le 26 juin
Frédérik-Xavier Duhamel
Frédérik-Xavier Duhamel La Presse

« Si je pouvais les fermer, je le ferais. J’aime dormir la nuit », soupire une femme qui vit en face du 1764, rue du Centre, à Montréal, et préférait ne pas donner son nom à La Presse. « C’est pire le week-end, du vendredi au dimanche, mais ce n’est pas beaucoup mieux la semaine », ajoute-t-elle.

Depuis environ un mois, ses voisins et elles subissent les fêtes et le bruit jusqu’à très tard dans ce penthouse de luxe sur trois étages chapeauté d’une terrasse. Sur le toit, une baignoire à remous et un bar extérieur font partie des attraits affichés dans l’annonce Airbnb de l’établissement, où l’on peut passer une nuit pour un peu plus de 6700 $.

Samedi matin, de nombreux résidants se sont plaints du bruit constant depuis la veille dans un groupe Facebook local, vidéos à l’appui. Des feux d’artifice auraient aussi été allumés dans le stationnement derrière l’immeuble dans le courant de la nuit.

La Presse a croisé quelques personnes qui quittaient les lieux en début d’après-midi samedi. Elles n’ont pas voulu répondre à nos questions. Dans la cour intérieure, un jeune homme qui s’est présenté comme « un ami des propriétaires » nous a demandé de partir.

PHOTO DOMINICK GRAVEL, LA PRESSE

Marc Labbé, résidant de l’immeuble voisin

« Je les entends, c’est sûr, ils ont même fait des feux d’artifice. Ils ont fait beaucoup de bruit tard, ça m’a empêché de dormir », dit Marc Labbé, qui vit dans l’immeuble d’à côté. Lui aussi note que les fêtards sont particulièrement bruyants le week-end depuis au moins trois semaines.

Les policiers sont intervenus samedi matin, selon les témoignages recueillis par La Presse et publiés sur les réseaux sociaux. Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) n’avait pas répondu aux questions de La Presse au moment de publier ce texte.

Déjà le 27 mai, Valérie De Saint Rapt interpellait Benoit Dorais et Craig Sauvé, respectivement maire de l’arrondissement du Sud-Ouest et conseiller municipal, au sujet du penthouse.

« On s’en parle de cet hôtel fraîchement construit au milieu de résidences […] qui fait des after party de 3 h à 5 h du matin sur leur rooftop », a-t-elle écrit dans une publication sur Facebook. « C’est insupportable ! Impossible de dormir ! »

« Nous, les conseillers, n’avons pas voté pour mettre un manoir de fête de luxe ici », a commenté Craig Sauvé sous la publication. « Nous examinons le dossier pour voir comment réguler la situation. »

PHOTO DOMINICK GRAVEL, LA PRESSE

L’édifice de la rue du Centre, à Pointe-Saint-Charles

Sans nouvelles des propriétaires

Joint par courriel samedi, Clubhous, qui a publié l’annonce sur Airbnb, n’avait pas donné suite aux demandes de La Presse au moment de publier ce texte.

Les propriétaires actuels de Clubhaus et de l’immeuble sont la famille Rasuli, qui a fait l’acquisition du lot en 2018. Une entreprise enregistrée à cette adresse liste Kevin Rasuli de même que Sohail Manoussi et Jimmy Maung, tous d’Ottawa, comme directeurs.

Dans une autre publication du 25 janvier 2021 de Mme De Saint Rapt, qui s’interrogeait sur les travaux en cours sur le lot, M. Dorais avait commenté qu’il s’agissait « d’un petit projet d’hôtel avec accessibilité universelle complète ». M. Sauvé avait quant à lui précisé que ce serait « un petit hôtel indépendant qui pourrait desservir les personnes avec limitations fonctionnelles ».

Dans un message privé faisant suite à sa publication du mois de mai, M. Sauvé a admis à Mme De Saint Rapt qu’« on constate, comme vous, que l’usage ne correspond pas avec ce qu’on a approuvé ».

Nous condamnons vivement les débordements survenus au 1764 rue Centre.

Benoit Dorais, maire de l’arrondissement du Sud-Ouest

« L’arrondissement, autant du côté des élus que des fonctionnaires, est au courant de la situation et travaille présentement à s’assurer du respect du zonage et de l’usage prévu pour cette nouvelle construction. Bien que l’usage d’hôtel soit permis à cette adresse, la location à court terme est quant à elle interdite, ajoute-t-il.

« Une inspection a déjà eu lieu au début du mois et d’autres vont suivre. Nous invitons également les citoyens à contacter le SPVM pour toutes les nuisances, ajoute-t-on. C’est la quiétude d’un quartier complet qui en dépend », conclut M. Dorais.