Longueuil estime avoir échappé à la flambée de décharges d’armes à feu en 2021, mais note que la violence conjugale et celle chez les plus jeunes sont en forte hausse, selon le rapport du Service de police de l’agglomération de Longueuil (SPAL) rendu public mardi.

Publié le 21 juin
Lila Dussault
Lila Dussault La Presse

Seulement trois évènements impliquant des armes à feu ont eu lieu à Longueuil au courant de l’année 2021, dont un homicide. Dans les deux autres cas, aucun blessé n’a été signalé.

Il s’agit d’un faible bilan dans le contexte de flambée de violence par armes à feu auquel fait face la région métropolitaine, notamment Montréal et Laval. À titre comparatif, dans le dernier rapport du Service de police de la Ville de Montréal de 2021, 516 crimes contre la personne où des armes à feu étaient impliquées ont été rapportés. À Laval, dont le nombre d’habitants est semblable à celui de Longueuil, 42 incidents de décharges d’armes à feu ont eu lieu en 2021.

« Les citoyens de l’agglomération de Longueuil seront sans doute heureux d’apprendre que le territoire desservi par le Service de police de l’agglomération de Longueuil (SPAL) présente l’un des plus faibles taux au Québec d’évènements où des coups de feu ont été tirés, avec un taux de 0,69 incident du genre par 100 000 habitants », a indiqué le SPAL par voie de communiqué mardi.

Moins de gangs de rue

Une hypothèse pour expliquer le peu d’évènements impliquant des armes à feu à Longueuil est l’absence de gang de rue implanté historiquement. « Il faut dire que chez nous on n’a pas de gangs de rue familiaux, ancestraux, et implantés dans les quartiers, remarque Fady Dagher, directeur du SPAL, en entrevue téléphonique. On n’a pas cette culture-là. »

Photo Marco Campanozzi, archives LA PRESSE

Fady Dagher

En contrepartie, le crime organisé, notamment les motards, est très présent sur le territoire. « Quand on fait des opérations liées aux stupéfiants, on confisque de plus en plus d’armes, observe M. Dagher. Ce qui nous permet, de manière indirecte, de saisir beaucoup d’armes avant qu’elles ne soient utilisées sur le terrain. »

Un bilan positif, mais pas parfait

En 2021, 15 379 infractions de natures criminelles ont été commises sur le territoire du SPAL, par comparaison à 14 437 en 2020, soit une augmentation de 6,5 %. La criminalité est cependant en baisse de 2,9 % si on compare ce nombre à la moyenne des cinq années précédentes, qui est de 15 832 infractions annuellement.

À noter que 3282 crimes contre la personne ont été commis en 2021, soit un sommet depuis 2016, et une augmentation de 5,5 % par rapport à la moyenne annuelle des 5 dernières années.

Deux meurtres et sept tentatives de meurtre ont aussi été commis à Longueuil en 2021. « Il s’agit d’évènements survenus à la suite de querelles dans des contextes variés, notamment entre personnes qui ne se connaissent pas, précise le rapport du SPAL, mais également entre personnes qui entretiennent des liens d’intimité, dont un en contexte familial et un conjugal. »

La sortie de la pandémie explique la hausse observée entre 2020 et 2021, peut-on lire dans le rapport. À noter que 1472 constats d’infractions en vertu des lois sur la santé publique et la mise en quarantaine ont aussi été donnés en 2021, ce qui a fait bondir les statistiques concernant des infractions liées aux lois provinciales et fédérales.

De plus, 10 172 crimes contre la propriété (vols, incendies, fraude, etc.) ont été commis en 2021, une augmentation de 0,4 % par rapport à 2020, mais une diminution de 2,4 % par comparaison à la moyenne annuelle des cinq dernières années.

Certaines tendances sont tout de même à surveiller, selon Fady Dagher « Les crimes en augmentation et qui nous préoccupent sont : la violence conjugale, les crimes de nature sexuelle, les crimes de fraude et une nouvelle criminalité par rapport aux personnes vulnérables, énumère-t-il. Et de façon plus technique, les vols de véhicules, qui continuent d’augmenter. Mais somme toute, c’est un bilan quand même positif. »

Violence conjugale et jeunes 

Les appels à la police pour violence conjugale ou familiale ont connu une forte hausse en 2021 à Longueuil, et ce, même par comparaison aux années prépandémiques. Au total, 2071 appels pour violence domestique ont été faits sur le territoire, soit une augmentation de 12,5 % par rapport à la moyenne annuelle sur 5 ans, qui est de 1815 appels.

« Il y a un bon côté à ça, parce que les gens osent porter plainte », affirme Fady Dagher.

Autre tendance inquiétante : il y a eu un nombre record d’infractions chez les 12-17 ans depuis 2016, soit 461 infractions. « Il y a une nette augmentation des médias sociaux dans les crimes de nature sexuelle chez les jeunes, observe M. Dagher. Et c’est de plus en plus banalisé. Quand ça devient comme ça, ça se multiplie et ça prend une envergure mésestimée. »

En savoir plus

  • 8 décembre 2021
    Date de mise sur pied du service de police communautaire RÉSO (Réseau d’Entraide Sociale et Organisationnel)
    Source : Rapport annuel 2021 du spal