La Cour supérieure a cassé vendredi deux décisions rendues par la Commission municipale du Québec (CMQ) à l’égard de Sue Montgomery, ancienne mairesse de l’arrondissement de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, concernant des manquements à l’éthique et une citation en déontologie.

Publié le 29 janvier
Florence Morin-Martel
Florence Morin-Martel La Presse

Dans sa décision, le juge Alexander Pless estime qu’il y a eu des « manquements à l’équité procédurale ». Sue Montgomery a soutenu que la Commission municipale du Québec n’avait « pas agi de manière indépendante de la plaignante, la Ville de Montréal ».

En juillet dernier, Mme Montgomery avait été condamnée à une suspension durant 120 jours sans salaire, en raison de 11 manquements à l’éthique, selon la CMQ. L’ancienne mairesse avait obtenu un sursis, en attendant qu’un juge se penche sur son recours contre cette décision.

Parmi les manquements à l’éthique qui lui étaient reprochés, la Commission estimait entre autres qu’elle n’avait pas su maintenir un climat de travail « exempt de harcèlement » parmi les employés de son arrondissement. La décision jugeait qu’elle s’était livrée à une lutte de pouvoir et avait manqué de respect envers le directeur d’arrondissement et des employés de la Ville.

En janvier 2020, Mme Montgomery avait été exclue du caucus de Projet Montréal, après avoir refusé d’appliquer les recommandations du contrôleur général dans un dossier de harcèlement psychologique. Elle a fondé le parti Courage aux élections en novembre dernier, mais elle n’a pas été réélue.

Avec la collaboration d’Isabelle Ducas, La Presse