Montréal et le gouvernement du Québec ont inauguré vendredi un nouveau refuge ouvert 24 h/24 pour itinérants autochtones, au centre-ville.

Mis à jour le 21 janvier
Philippe Teisceira-Lessard
Philippe Teisceira-Lessard La Presse

L’installation, qui compte 50 places, remplacera le refuge de nuit actuellement ouvert au complexe Guy-Favreau.

« Cette ressource-là est demandée depuis longtemps par les organismes communautaires et par la Ville de Montréal », a fait valoir la mairesse Valérie Plante. « Il en faut plus, évidemment. »

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Valérie Plante

Le refuge occupe l’Hôtel des arts, un établissement réquisitionné par la Ville de Montréal grâce à ses pouvoirs en vertu de l’état d’urgence. Il est situé près de l’intersection du boulevard Saint-Laurent et de la rue Ontario, un lieu de transit important pour les itinérants autochtones. C’est l’organisme Projets autochtones du Québec (PAQ) qui le gère.

« On ne devrait pas mourir de froid au Québec en 2022. C’est pourquoi il faut avoir plusieurs ressources, plusieurs solutions », a dit Ian Lafrenière, ministre des Affaires autochtones.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Valérie Plante et Ian Lafrenière

Le refuge de l’Hôtel des arts est qualifié d’« à haut seuil de tolérance ». Ses utilisateurs pourront boire de l’alcool et fumer du cannabis sans en être expulsés.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Heather Johnston, directrice de Projets autochtones du Québec