Le premier tronçon du Réseau express métropolitain (REM), sur la Rive-Sud de Montréal, ne sera finalement pas prêt pour la rentrée 2022.

Mis à jour le 21 janvier
Philippe Teisceira-Lessard
Philippe Teisceira-Lessard La Presse

L’antenne, qui relie Brossard à la gare Centrale de Montréal en passant par l’île des Sœurs, devait être inaugurée au printemps ou à l’été. Le chantier a pris de deux à trois mois de retard et devrait se terminer à temps pour une mise en service à l’automne, selon nos informations.

« Dans le contexte pandémique actuel, qui dure depuis deux ans, il est effectivement de plus en plus difficile de maintenir l’objectif de l’été 2022 pour mettre en service la première antenne du REM sur la Rive-Sud », a affirmé Jean-Vincent Lacroix, porte-parole de CDPQ Infra, au téléphone.

L’antenne devait d’abord être inaugurée « à la fin de 2021 ». Cet objectif avait été révisé dès les premiers mois de la pandémie de COVID-19, en 2020, après la fermeture des chantiers pendant plusieurs semaines.

Le tronçon comprend six stations ainsi que la traversée du fleuve Saint-Laurent sur le nouveau pont Samuel-De Champlain.

Effets d’Omicron

Toujours selon nos informations, le resserrement des mesures sanitaires des dernières semaines ainsi que la flambée du variant Omicron ont eu une incidence sur l’avancement des travaux. Avec 3000 travailleurs affectés à la construction, chaque jour amenait son lot d’employés malades ou en isolement.

L’actuelle flambée de COVID-19 frappe aussi les ateliers et les usines où les pièces nécessaires au projet sont conçues. De surcroît, les contrôles frontaliers très serrés imposés par le Canada auraient compliqué la venue à Montréal de consultants ou de travailleurs spécialisés, en provenance de l’étranger.

Bien que toutes les voitures nécessaires à la mise en service du tronçon sur la Rive-Sud aient été reçues, le chantier d’électrification – notamment sur le pont et dans la partie montréalaise du tronçon – progresse moins rapidement que prévu.

CDPQ Infra commence à avertir ses partenaires de ce retard, afin que les sociétés de transport du Grand Montréal puissent prévoir l’inauguration de nouvelles lignes d’autobus en même temps que la mise en service du REM.

La construction des stations, elle, avance à grands pas. L’organisation se dit en phase de « finalisation » ou d’« achèvement » pour toutes les stations du premier tronçon, à l’exception de la station située dans Griffintown, qui suivra.

« Parmi les grandes étapes à surveiller cette année : la fin des tests d’opération sur la Rive-Sud, l’inauguration et la mise en service des stations sur le segment allant de la station terminale Brossard à la station gare Centrale (excluant la station Griffintown–Bernard-Landry), la suite des travaux de modernisation dans le tunnel Mont-Royal et, finalement, l’intensification des travaux sur la Rive-Nord et à Pierrefonds-Roxboro », indique CDPQ Infra sur son site.

L’aéroport « fin 2024 »

Au total, le REM de l’Ouest comptera 26 stations et 67 kilomètres de rails.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE

Chantier du REM de l'Ouest, à Kirkland, en septembre dernier

Selon les informations rendues publiques par CDPQ Infra, le tronçon reliant la gare Centrale à Saint-Laurent – en passant sous le mont Royal – devrait être inauguré à l’automne 2023. Cette phase du projet avait été retardée par la découverte d’explosifs centenaires dans le tunnel percé dans la montagne au début du XXe siècle.

Devraient suivre, dans les mois suivants, les branches atteignant l’extrémité ouest de l’île de Montréal et Deux-Montagnes. L’ultime antenne, qui rejoint l’aéroport de Montréal, est prévue « fin 2024 ».

« L’échéancier est fourni à titre informatif seulement et peut évoluer selon les échanges avec nos partenaires », prend soin d’avertir CDPQ Infra sur sa plateforme.