La Ville de Laval limitera la hausse de ses taxes foncières à 1,9 % pour l’année prochaine, mais instaurera une contribution uniforme de 20 $ par immeuble pour financer les infrastructures de l’eau et les transports en commun, a appris La Presse.

Publié le 10 déc. 2021
Philippe Teisceira-Lessard
Philippe Teisceira-Lessard La Presse

L’annonce sera faite la semaine prochaine.

Le nouveau maire, Stéphane Boyer, estime que la municipalité pourra boucler son budget malgré une augmentation des ponctions fiscales bien en deçà de l’inflation. Sa formation politique s’était engagée à ne pas dépasser cette barre.

« Ce qu’on va présenter, c’est une augmentation de taxe de 1,9 %, qui respecte nos engagements de campagne », a confirmé M. Boyer en entrevue avec La Presse. Après un coup de sonde informel parmi les autres municipalités du Grand Montréal, M. Boyer croit que Laval se classera parmi les moins gourmandes dans son prochain budget.

PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE

Stéphane Boyer, maire de Laval

« Le taux de taxation va être de 1,9 % supérieur à ce qu’il était, a continué M. Boyer. À ça, il va s’ajouter une taxe fixe de 20 $ par ménage : un 5 $ par ménage qui va aller aux transports en commun et un 15 $ pour les projets qui touchent les infrastructures de l’eau. On a un gros problème à Laval avec les surverses. »

Le maire décrit notamment les déversements d’eaux usées que Laval est actuellement forcé de faire lors des grandes pluies, par manque d’espace dans son réseau. « On a un projet de créer trois bassins souterrains qui pourront être remplis d’eau au moment où il y aurait des pluies abondantes, eau qui serait traitée par la suite », a-t-il dit.

Du côté des transports en commun, c’est l’effondrement des revenus d’utilisation suscité par la pandémie de COVID-19 – et le télétravail qu’elle a engendré – qu’il faut combler.

Projets à confirmer

M. Boyer a indiqué ne pas avoir encore la liste précise des autres projets majeurs qui figureront au budget de Laval. Son équipe devait d’abord « fixer un peu le carré de sable, savoir les revenus qui vont rentrer à la Ville » avant de s’attaquer au reste de l’exercice budgétaire.

« On a une liste de projets qu’on souhaite réaliser, on va rencontrer les oppositions pour savoir s’il y a des projets auxquels ils tiennent absolument », a-t-il dit.

À Montréal, Valérie Plante a renouvelé cette semaine son engagement à ne pas hausser les taxes des Montréalais de plus de 2 %, comme elle l’avait promis pendant la campagne. À Longueuil, Catherine Fournier avait annoncé avant le scrutin qu’elle se limiterait à l’inflation si elle était élue mairesse.