Des centaines de personnes se sont rassemblées au parc François-Perrault dans le secteur de Saint-Michel, samedi. Là où Thomas Trudel, 16 ans, s’est réuni avec ses amis dimanche dernier, avant d’être tué par balle en rentrant chez lui.

Coralie Laplante
Coralie Laplante La Presse

Des adolescents se tenaient la main, en regardant droit devant eux. Certains serraient un bouquet de fleurs, et d’autres, un ballon blanc.

Le groupe a marché jusqu’à l’angle de la rue Villeray et de la 20e Avenue, où Thomas a été atteint par balle, afin de lui rendre un dernier hommage.

« Je n’ai pas de mots », a déclaré Marc Tomaszewski, qui était le professeur de français du défunt l’année dernière, à l’école secondaire Joseph-François-Perrault.

« C’est juste terrible. L’ambiance cette semaine à l’école, c’était à couper au couteau », poursuit son collègue Simon Cliche, les larmes aux yeux. « On ne comprend pas ce qui se passe. C’est difficile de réconforter les enfants quand tu n’as pas d’explication, que c’est gratuit », a ajouté M. Cliche, qui réside dans le quartier avec ses enfants.

Le rassemblement, organisé par le Forum jeunesse de Saint-Michel, avait pour but d’afficher le soutien de la communauté à la famille de Thomas.

PHOTO PASCAL RATTHÉ, COLLABORATION SPÉCIALE

Julie Bussières, son mari et ses deux filles habitent dans la même rue que les parents de Thomas. « Ici, c’est un quartier vraiment tissé serré », a-t-elle lancé d’emblée, qualifiant la mort de l’adolescent d’« infiniment triste ». « Ça remet en question notre choix de venir vivre en ville, de venir vivre dans Saint-Michel », a-t-elle évoqué.

Thomas Trudel a reçu une balle au haut du corps alors qu’il marchait vers son domicile, après avoir rencontré des amis au parc. Il a été tué à la suite d’un échange verbal avec un individu.

Il s’agit du 31e meurtre à être survenu à Montréal cette année. Moins d’un mois auparavant, un adolescent de 16 ans, Jannai Dopwell-Bailey, a été assassiné dans l’arrondissement de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce. En février, Meriem Boundaoui, 15 ans, a été tuée par balle dans le secteur de Saint-Léonard.

PHOTO PASCAL RATTHÉ, COLLABORATION SPÉCIALE

Un élève à l’école que fréquentait Thomas a pris la parole devant les élus ayant pris part au rassemblement. Le lieutenant du Québec, Pablo Rodriguez, la cheffe du Parti libéral du Québec, Dominique Anglade, et la ministre responsable de la Métropole et de la région de Montréal, Chantal Rouleau, étaient notamment présents.

« La journée après son décès, quelque chose n’allait pas à Joseph-François-Perrault. On pouvait voir les enseignants, la direction et les élèves pleurer, ou sur le bord des larmes. Ce n’était pas comme avant, c’est comme si l’école avait perdu son âme », a raconté l’élève de l’école Joseph-François Perrault.

« On veut de l’action »

Patricia Clermont, mère impliquée dans le conseil d’établissement de l’école secondaire, a appelé les différents ordres de gouvernement à agir au plus vite afin de freiner la flambée de violence qui sévit dans les rues de la métropole.

« J’attends du municipal qu’il exerce un leadership fort, notamment en convoquant dès cette semaine d’urgence des réunions avec leurs partenaires du provincial et du fédéral », a affirmé Mme Clermont.

La mairesse de Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension, Laurence Lavigne Lalonde, a promis qu’elle allait répondre à la demande de Patricia Clermont. « Les messages sont clairs. Les groupes communautaires, les citoyens, les jeunes connaissent les solutions. […] On veut que le gouvernement fédéral s’attaque à nos frontières pour qu’il n’y ait plus d’armes qui rentrent ici », a-t-elle déclaré, suscitant les applaudissements de la foule.

Pablo Rodriguez a plutôt été hué à la suite de son discours, qui offrait son soutien à la communauté de Saint-Michel. « On veut de l’action », se sont exclamés les citoyens.

François Legault critiqué

Le premier ministre du Québec a publié un message sur sa page Facebook, où il disait penser à Thomas et Meriem, sans faire mention de Jannai, s’attirant ainsi la colère d’internautes.

« Savez-vous que ce n’est pas le seul jeune de 16 ans décédé par balle depuis peu [?] [NDLR : Jannai Dopwell-Bailey a été poignardé et non atteint par balle.] Mes sympathies à toutes les familles endeuillées, peu importe leur quartier de provenance et la couleur de leur peau… », a réagi une internaute. « Pourriez-vous aller également vous recueillir dans le quartier de Côte-des-Neiges où un jeune homme racisé de 16 ans aussi est décédé poignardé suite à une violente attaque [?] », a commenté un autre, sous la publication du premier ministre.

Lors des funérailles de Jannai Dopwell-Bailey, vendredi, sa famille a dénoncé un « double standard » concernant la réaction des politiciens quant à la mort de Jannai et de Thomas, en raison de leur couleur de peau. François Legault a encore fait l’objet de critiques à ce sujet samedi.

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, et François Legault sont allés se recueillir sur les lieux où Thomas a été assassiné, ce qu’ils n’ont pas fait dans le cas de Jannai. La mairesse aurait aussi été invitée à se présenter à la veillée à la mémoire de Jannai, où elle n’est pas allée.