La mairesse sortante de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, Sue Montgomery, veut diviser son arrondissement en deux. Elle affirme qu’une scission entre les districts permettrait d'« offrir de meilleurs services aux citoyens » et compte profiter des élections provinciales en vue pour faire pression sur Québec.

Henri Ouellette-Vézina
Henri Ouellette-Vézina La Presse

« Quand on fait du porte-à-porte, chaque résidant nous dit que ça n’a aucun sens que Côte-des-Neiges et Notre-Dame-de-Grâce soient ensemble. Ça serait beaucoup plus facile à gérer s’ils sont distincts, avec chacun un conseil d’arrondissement », a plaidé mercredi Mme Montgomery, en présentant la plateforme de son parti, Équipe Courage.

D’après l’élue, ce sont les « différences démographiques, linguistiques et géographiques » entre Côte-des-Neiges et Notre-Dame-de-Grâce qui justifient la scission. « Ce sont deux quartiers très distincts », a-t-elle insisté, refusant toutefois de procéder pour séparer les plus riches des moins nantis. « Pas du tout. Il y a des pauvres et des riches des deux côtés », a-t-elle soulevé lorsque questionnée à ce sujet.

En outre, ça n’a « aucun sens » que d’autres arrondissements beaucoup moins populeux, comme Outremont, aient autant d’élus et de ressources, affirme le clan Montgomery.

« Notre population est de 175 000 habitants. C’est même plus grand que la ville de Sherbrooke, qui en compte 170 000. Les réalités et les besoins sont très différents d’un district à l’autre », a soutenu la candidate du parti dans Snowdon, France Stohner, en parlant aussi d’un « capital politique différent » entre les deux secteurs.

La cartographie des arrondissements étant de compétence provinciale, la formation entend profiter des élections québécoises, l’an prochain, pour « promouvoir la gouvernance locale » auprès de tous les partis provinciaux.

Pour l’heure, Sue Montgomery refuse de dire si elle préférerait être mairesse de Côte-des-Neiges ou de Notre-Dame-de-Grâce, dans l’éventualité où son projet de division irait de l’avant. Mme Montgomery soutient néanmoins que son parti offre la seule « alternative différente » de celle de Projet Montréal, le parti de Valérie Plante duquel elle a été exclue en janvier 2020.

« Projet de division »

Les deux adversaires de Mme Montgomery ont rejeté mercredi l’idée de séparer les deux districts. « Ce qui est proposé, c’est moins de services pour les gens, en impliquant plus de coûts administratifs pour embaucher des fonctionnaires, créer des bureaux municipaux et moins d’investissements dans les priorités », a rétorqué la candidate à la mairie de Projet Montréal, Gracia Kasoki Katahwa.

« Le projet de division de Sue Montgomery n’est rien d’autre qu’une distraction de sa part pour faire oublier les poursuites judiciaires à son endroit », a de son côté martelé le candidat d’Ensemble Montréal, Lionel Perez, en référence au verdict toujours attendu de la cour dans un dossier contre la Commission municipale du Québec, qui l’accuse de plusieurs manquements déontologiques.

Mettre fin au « sous-financement »

Au-delà de cette promesse, Équipe Courage s’engage à « mettre fin au sous-financement » de l’arrondissement en obtenant de la ville-centre plus de fonds pour les piscines, les arénas et les bibliothèques, notamment. « On va obtenir notre juste part », a martelé Mme Montgomery, qui indique que Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce est le parent pauvre des 19 arrondissements de Montréal.

L’ex-cheffe de cabinet de Sue Montgomery et candidate pour le district de Loyola, Annalisa Harris, a suggéré mercredi qu’une « surveillance civile de la police » serait nécessaire pour que la police montréalaise soit « imputable ». Les morts de Nicholas Gibbs en août 2018 et de Sheffield Matthews en août 2020, tués par des policiers, ont miné le lien de confiance avec la population, dit la candidate.

« On proposera des équipes civiles pour répondre aux enjeux de santé mentale ou aux nuisances comme le bruit. On n’a pas besoin de policiers hyperspécialisés pour ce type d’intervention », juge Mme Harris, pour qui la « réduction des méfaits » passe aussi par la construction de logements abordables.

En matière de logement, d’ailleurs, l’équipe Montgomery promet d’instaurer un registre des baux et d’augmenter les amendes contre les « propriétaires véreux » qui « intimident » les locataires vulnérables. Le parti veut notamment concrétiser des projets de logements sociaux au YMCA de Notre-Dame-de-Grâce et au 5010, rue Paré, bâtiment industriel dont la démolition a été autorisée l’an dernier par la Ville de Montréal. Les troupes de Mme Montgomery s’engagent enfin à « augmenter la fréquence de plusieurs lignes d’autobus locales », ainsi qu’à ajouter une voie réservée « aux heures de pointe » à la ligne 51, sur le chemin Queen-Mary.