Pendant que le candidat à la mairie de Montréal Denis Coderre s’est dit jeudi en faveur de la vaccination obligatoire pour tous les employés de la Ville de Montréal, la mairesse sortante Valérie Plante a jugé qu’il ne faut pas « commencer à politiser ce dossier-là ».

Philippe Teisceira-Lessard
Philippe Teisceira-Lessard La Presse
Henri Ouellette-Vézina
Henri Ouellette-Vézina La Presse

En conférence de presse, M. Coderre a en effet confirmé qu’il voulait marcher dans les traces du maire de Toronto John Tory, qui force tous les salariés de la Ville reine à prouver qu’ils ont été inoculés. « Je crois en la vaccination obligatoire », a-t-il dit. « C’est l’affaire de tous. »

« Tout le monde devrait être vacciné », a-t-il également continué, en répondant ensuite par l’affirmative à une question qui lui demandait de confirmer sa position en faveur de la vaccination obligatoire pour les employés municipaux.

Interrogée à ce sujet, Valérie Plante a plaidé que son approche était plus responsable. « Depuis le début de la COVID, on travaille de façon responsable, pragmatique et de concert avec la Santé publique. Moi, je ne sors pas une décision de mon chapeau, comme ça, sans qu’elle ne soit connectée avec les gens qui ont une expertise », a-t-elle lancé, en rappelant que la Ville de Toronto est en charge de la vaccination, contrairement à Montréal. « C’est une grosse différence. »

Réitérant toutefois que la vaccination est « primordiale » pour sortir de la pandémie, Mme Plante a indiqué que son administration a « plusieurs scénarios prêts si le gouvernement du Quebec décidait par exemple que les travailleurs essentiels, les pompiers, les policiers ou premiers répondants devaient être vaccinés ». « On est prêts à aller de l’avant, mais il faut que ce soit fait de façon cohérente », a-t-elle insisté.

Je refuse de commencer à politiser ce dossier-là. […] Si M. Coderre ne parle pas à la Santé publique et au gouvernement du Quebec, eh bien à la limite, je dirais que ce n’est pas lui le maire, c’est moi, donc c’est un peu normal.

Valérie Plante, mairesse sortante

Les deux candidats à la mairie ont par ailleurs verbalisé leur appui au ministre de la Santé Christian Dubé, qui a dû mercredi reporter d’un mois l’obligation de vaccination pour les employés du réseau de la santé. Ils ont rappelé que les ruptures de service doivent être évitées à tout prix, appelant du même coup le personnel de la santé à se faire vacciner le plus rapidement possible.

Un « high line » pour Montréal

Denis Coderre a par ailleurs proposé jeudi de doter le Vieux-Montréal d’un parc aérien construit sur un viaduc, à l’image du populaire « high line » de New York. Son équipe propose de transformer la partie surélevée de la rue Notre-Dame Est, entre Berri et Montcalm, en promenade végétalisée longue d’environ 400 mètres. Des commerces seraient installés en-dessous.

« Le viaduc, qui est actuellement un bloc d’asphalte, deviendra une porte d’entrée emblématique pour le Vieux-Montréal », a dit M. Coderre. « Nous ferons preuve de créativité. Ce sera un rêve qui se réalise. »

« Ça devient une priorité dans le contexte de la relance du centre-ville », a-t-il ajouté. Il espère pouvoir inaugurer le projet en 2025 après avoir acquitté une facture de 10 millions. Un parc linéaire était déjà prévu dans le cadre du projet de transformation du site de la brasserie Molson, à l’Est du viaduc.

Projet Montréal, de son côté, n’a pas souhaité réagir jeudi à la proposition de l’équipe Coderre.