Une conseillère d’arrondissement de Saint-Léonard a dénoncé mardi son exclusion « cavalière » du parti de Denis Coderre, après 12 ans de « bons et loyaux services ». Elle accuse Ensemble Montréal d’avoir appliqué une « politique discriminatoire » à son endroit, à quelques mois des prochaines élections municipales.

Henri Ouellette-Vézina
Henri Ouellette-Vézina La Presse

« Depuis l’annonce de son retour en politique municipale, Denis Coderre se qualifie comme un homme nouveau. À l’entendre, il est maintenant un homme d’équipe et a changé. Mais je me dois de constater que rien n’a changé. Il a toujours cette même arrogance », a fustigé la conseillère du district de Saint-Léonard-Est, Lili-Anne Tremblay, en conférence de presse mardi matin, dans un restaurant.

Mme Tremblay affirme avoir été appelée le 17 juillet par le président du caucus, Franceso Miele, qui l’a informée de son exclusion. « J’étais sous le choc. Quelle ingratitude. Voilà comment on remercie 12 ans de bons et loyaux services. Par téléphone. J’étais sans mots », a-t-elle martelé en s’attaquant au chef de son parti, mais aussi au maire de Saint-Léonard, Michel Bissonnette, membre d’Ensemble Montréal.

Est-ce que vous croyez honnêtement que Denis Coderre mérite votre vote quand on agit comme ça avec une élue de son propre parti ?

Lili-Anne Tremblay

La principale intéressée siégera comme indépendante jusqu’à la fin de son mandat. Elle se dit « en réflexion » quant à son avenir politique. « J’ai été naïve de croire que Denis Coderre avait changé. En agissant de la sorte, ce n’est pas juste moi qu’il a offensé, c’est aussi tous les citoyens qui ont voté pour moi », a-t-elle dit.

Elle déplore aussi qu’une « politique discriminatoire » ait été appliquée à son endroit. « Le fait d’être une femme de plus de 55 ans qu’on a voulu remplacer par une femme plus jeune, pour conserver la diversité de genre, mais en voulant donner une image plus cool. […] Je suis en droit de me demander si un homme blanc de mon âge aurait été remercié aussi cavalièrement », a-t-elle soulevé. « Est-ce que je prenais trop de place ? Est-ce que je dérangeais ? Est-ce que c’est à cause de mon intention de vouloir faire progresser Saint-Léonard vers le XXIsiècle ? », s’est-elle aussi demandée, en réclamant des réponses.

« Essentiel » de renouveler l’équipe

Dans les rangs de Denis Coderre, la réaction ne s’est pas fait attendre. Franceso Miele a indiqué par écrit qu’il était « essentiel pour Ensemble Montréal de renouveler son équipe ». « Les ambitions personnelles de Mme Tremblay ne correspondaient pas à la vision de notre équipe de Saint-Léonard », a-t-il tranché.

En juillet, Ensemble Montréal avait présenté l’ancienne commissaire à la commission scolaire de la Pointe-de-l’Île Arij-Abrar El Korbi pour briguer le district de Saint-Léonard-Est, confirmant du même coup son changement de cap.

Arij-Abrar El Korbi « souhaite œuvrer à un Montréal plus inclusif où les projets dédiés à la jeunesse se multiplient », a renchéri M. Miele, en souhaitant néanmoins « la meilleure des chances » à Mme Tremblay. Cette dernière affirme avoir laissé passer quelques semaines avant de se prononcer, en espérant que le parti « réaliserait la gravité de son geste et la façon cavalière avec laquelle il a traité un membre ».

Rappelons que ce n’est pas la première exclusion à survenir dans les rangs d’Ensemble Montréal. En mai, Denis Coderre avait embauché le boxeur Ali Nestor comme conseiller spécial en matière de sécurité publique, avant de le congédier illico en apprenant qu’il faisait l’objet d’une plainte pour voies de fait et agression sexuelle.