Plus de deux mois après la publication d’une photo sur laquelle il semblait texter au volant, le candidat à la mairie de Montréal Denis Coderre a reçu un constat d’infraction pour usage du cellulaire au volant, a confirmé le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP).

Coralie Laplante
Coralie Laplante La Presse

Le dossier de l’ancien maire de Montréal avait été transféré au DPCP au mois de juillet, avait confirmé le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

Un rapport d’incident avait été rédigé par le corps de police après qu’une photo où M. Coderre semblait commettre une infraction a été publiée dans les pages du Journal de Montréal à la fin du mois de mai. On y voit l’homme au volant de son véhicule la tête baissée, et ses deux mains qui paraissent tenir un cellulaire.

« Suivant l’analyse qui a été faite du dossier soumis par le SPVM, on a décidé d’émettre un constat, et ça a été signifié à M. Coderre au cours des dernières semaines », a affirmé à La Presse la porte-parole du DPCP, Me Audrey Roy-Cloutier.

Le constat a été remis « pour l’usage du cellulaire au volant, infraction en vertu du Code de la sécurité routière », a ajouté MRoy-Cloutier.

La porte-parole du DPCP ne pouvait confirmer le montant exact de la contravention reçue par M. Coderre. Cependant, pour une telle infraction, « l’amende minimale prévue à la loi est de 300 $, montant auquel on doit ajouter les frais et la contribution obligatoire », a-t-elle précisé.

Le constat d’infraction a été payé par M. Coderre, a confirmé son attachée de presse, Elizabeth Lemay.

Après la diffusion de la photo où il semblait commettre l’infraction dans les médias, Denis Coderre avait plutôt évoqué que son cellulaire était tombé de son socle. Il l’aurait ramassé, vérifié son état, puis remis à sa place, selon sa version des faits. Lors de plusieurs entrevues, M. Coderre a admis qu’il n’aurait pas dû saisir son téléphone.

Le rapport du SPVM concernant cet évènement indiquait que M. Coderre « aurait dû se ranger à un endroit sécuritaire en bordure de la chaussée » pour prendre son téléphone.

Avec Isabelle Ducas