Des affrontements ont eu lieu entre des manifestants pro-Israëliens et pro-Palestiniens au square Dorchester, dimanche après-midi, au centre-ville de Montréal. Au total, 15 arrestations ont eu lieu et 76 constats d’infractions ont été donnés. Trois policiers ont été blessés.

Alice Girard-Bossé
Alice Girard-Bossé La Presse

Vers 12 h 40 dimanche, des centaines de manifestants en soutien à Israël se sont rassemblés au Square Dorchester. Plusieurs manifestants en soutien à la Palestine étaient présents, quelques mètres plus loin, à la place du Canada.

« À un certain moment, la tension a monté entre les groupes de manifestants et des affrontements ont eu lieu entre eux. Des projectiles ont été lancés vers les policiers qui ont commencé à disperser la foule », a indiqué la porte-parole du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), Véronique Comtois.

Les rassemblements ont été déclarés illégaux par le Service de police de la Ville de Montréal.

Au total, quinze personnes ont été arrêtées pour divers actes criminels tel qu’agression armée, méfaits ou entraves. Le SPVM a également remis 76 constats d’infractions. Trois policiers ont subi des blessures légères.

À la suite de la manifestation initiale, des gens n’ayant aucun lien avec l’évènement se seraient joints aux manifestants. Les personnes continuaient de chercher la confrontation. Pendant plusieurs heures, les policiers tentaient de disperser les groupes, mais ceux-ci se reformaient. Les affrontements se sont terminés vers 21 h.

Des actes de vandalisme ont été commis et des projectiles lancés sur les policiers.

Des images captées dans les rues de la métropole en après-midi montraient des affrontements entre les protestataires et des interventions policières musclées.

  • PHOTO GRAHAM HUGHES, LA PRESSE CANADIENNE

  • PHOTO GRAHAM HUGHES, LA PRESSE CANADIENNE

  • PHOTO GRAHAM HUGHES, LA PRESSE CANADIENNE

1/3
  •  
  •  
  •  

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, a dénoncé les altercations qui se sont produites dimanche, rappelant que l’intolérance, la violence et l’antisémitisme n’ont pas leur place à Montréal.

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a également condamné « les propos et la violence méprisables » lors des manifestations qui ont eu lieu au cours de la fin de semaine.

Plusieurs manifestations en soutien à la Palestine ont eu lieu au cours de la fin de semaine à travers le Canada, notamment à Ottawa, à Toronto, à Vancouver et à Halifax. Des manifestants en soutien à Israël se sont également rencontrés dans plusieurs villes canadiennes telles que Vancouver et Ottawa.

Les hostilités à un sommet

Entre-temps, à Gaza, des frappes israéliennes ont détruit trois immeubles et fait au moins 42 morts, ce qui en fait l’attaque la plus meurtrière de cette escalade militaire, selon les secours palestiniens.

Tôt lundi, les avions de combat israéliens ont déclenché une série de lourdes frappes aériennes à plusieurs endroits dans la ville de Gaza, quelques heures après une déclaration télévisée du premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou.

Les médias locaux ont rapporté que la principale route côtière à l’ouest de la ville, des centres de sécurité et espaces ouverts figuraient parmi les cibles touchées. La société de distribution d’électricité a indiqué que les frappes aériennes avaient endommagé une ligne d’alimentation de la seule centrale électrique de Gaza.

Le Hamas a également lancé des roquettes depuis la bande de Gaza vers des zones civiles en Israël. L’une d’elles s’est écrasée dans une synagogue de la ville d’Ashkelon, quelques heures avant les offices du soir pour la fête juive de Chavouot, ont indiqué les services d’urgence israéliens. Aucun blessé n’a été signalé.

Malgré les efforts de médiation de la communauté internationale, le premier ministre israélien a laissé savoir que ce conflit est loin de se résorber.

Les combats se sont intensifiés au cours de la dernière semaine, atteignant un sommet depuis 2014.

Dans un discours télévisé, Benyamin Nétanyahou a dit vouloir faire payer le Hamas, qui continue de tirer des roquettes dans des zones civiles.

avec La Presse Canadienne et l’Associated Press