Après avoir suscité de vives réactions, la Ville de Dorval fait volte-face et revient sur son projet de tarifer les tables à pique-nique lors de la prochaine saison estivale. Il sera toujours possible de réserver des tables pour les résidants, mais gratuitement.

Léa Carrier
Léa Carrier La Presse
Henri Ouellette-Vézina
Henri Ouellette-Vézina La Presse

« Après avoir été à l’écoute de ses citoyens au cours des derniers jours, la Cité de Dorval procédera finalement à plusieurs ajustements concernant la politique de réservation des tables à pique-nique aux parcs Pine Beach et Walters », a indiqué la ville par voie de communiqué, mardi.

Dans le détail, le système de réservation est maintenu, mais pour les résidants seulement. Aucun frais ne leur sera chargé toutefois. Les non-résidants, eux, en seront exclus pour le moment.

Par ailleurs, les tables ne pourront être réservées que du lundi au jeudi matin, en prévision du week-end suivant. « Les réservations de tables à pique-nique seront affichées sur place, afin d’informer les citoyens. Ceux-ci pourront tout de même utiliser les tables en dehors des heures de réservation indiquées », précise-t-on également.

Le mois dernier, la Ville de Dorval avait fait l’annonce qu’elle comptait imposer des tarifs de 10 $ à ses citoyens et de 25 $ aux non-résidants pour réserver une table de pique-nique le week-end, et ce, à compter de la fin mai. La municipalité avait notamment évoqué l’achalandage de ses parcs, l’été dernier, qui suscitait la frustration de sa population.

Sur les réseaux sociaux, l’annonce a été accueillie avec consternation et indignation. « Je vis dans un petit appartement, sans accès à une cour ni balcon. Les parcs, l’été, c’est mon lieu de ventilation, les tables de pique-nique, mes tables de repas en famille… N’importe quoi ! C’est révoltant ! », avait notamment partagé une citoyenne sur Facebook, suivie par plusieurs autres.

Dorval se dit de bonne intention

À la Ville, on espère que ces changements seront bien accueillis dans la population en général. « Quand on a pris la décision, rapidement on a vu qu’il y avait beaucoup de commentaires négatifs. Face aux suggestions des gens, on a donc décidé d’apporter des changements, afin de servir la population le mieux possible », a expliqué à La Presse le chargé des communications de la Cité de Dorval, Sébastien Gauthier.

La décision a été prise de bon cœur. On répondait à des plaintes de citoyens et on pensait sincèrement que c’était quelque chose de positif. Mais avec tout ce qui s’est dit, on s’est ajustés rapidement.

Sébastien Gauthier, porte-parole de la Ville de Dorval

Ceci dit, la municipalité dit ne pas regretter ses actions pour autant. « Je ne pense pas qu’on aurait fait différemment. C’est toujours difficile de prévoir. Je trouve que ça démontre qu’on est à l’écoute des citoyens. Et c’est correct, personne n’est parfait. On est toujours prêts à écouter ce que les gens disent et pensent de nos règlements », poursuit M. Gauthier.

La politique de réservation doit être entérinée lors d’une séance du conseil le 17 mai prochain. Dans le cas échéant, c’est donc dire que les premières réservations pourront être faites pour la fin de semaine du 5 et 6 juin et ne s’appliqueront qu’aux parcs de Pine Beach et Walters.

Depuis l’an dernier, les organismes et entreprises qui tiennent des évènements dans des parcs de Dorval doivent aussi obtenir un permis de la municipalité, une mesure qui a également pour but de contrôler l’achalandage qui s’y crée pendant la saison estivale.