Les voitures ne circuleront presque plus dans les îles Sainte-Hélène et Notre-Dame d’ici 10 ans pour donner davantage de place aux piétons et aux cyclistes, qui auront accès à plus d’espaces verts et de plans d’eau, selon un nouveau plan d’aménagement de 970 millions du parc Jean-Drapeau dévoilé mercredi matin par la Ville de Montréal.

Isabelle Ducas Isabelle Ducas
La Presse

Une plus grande place sera faite aux vues sur le fleuve, grâce notamment à une promenade de 15 kilomètres qui longera les berges.

Plusieurs stationnements seront remplacés par des espaces verts et des canaux fluviaux. L’offre de stationnement sera concentrée dans le secteur du Casino de Montréal, près de La Ronde et dans un nouvel édifice multifonctions qui doit être construit près du pont Jacques-Cartier.

Lors du dévoilement du plan, à côté de la place des Nations, dans l’île Sainte-Hélène, la mairesse de Montréal, Valérie Plante, a souligné qu’il s’agissait du « plus important effort de planification d’un grand parc urbain depuis celui du Mont-Royal, imaginé par Olmstead il y a 150 ans ».

« C’est un projet qui me rend très enthousiaste, parce qu’on redonne le parc Jean-Drapeau aux Montréalais, a-t-elle ajouté. Nous avons décidé que c’était fini de prendre des décisions à la pièce, sans plan d’ensemble, sans consulter la population. »

Mme Plante a présenté ce plan comme faisant partie de ceux que son administration veut « entamer dans les 500 jours » qu’elle s’est donnée pour relancer Montréal.

Le financement pour ce projet de 970 millions ne viendra pas entièrement des coffres municipaux : la Ville s’est engagée, jusqu’à maintenant, pour une somme de 340 millions, mais la participation des autres ordres de gouvernement ainsi que du secteur privé sera sollicitée.

6000 participants aux consultations

Au cours des dernières années, des consultations publiques ont permis de recueillir l’opinion de plus de 6000 personnes sur le développement du parc, a rappelé Robert Beaudry, responsable des grands parcs au comité exécutif de la Ville de Montréal.

Il a notamment vanté la promenade riveraine, qui prendra la place de l’un des plus grands terrains de stationnement du parc. « Actuellement, le paysage y est morne, plat, dénué de végétation. En plus, l’été, l’asphalte à perte de vue et l’absence de canopée rendent le secteur suffoquant », a fait remarquer M. Beaudry. Après le réaménagement, il s’attend à ce que le secteur offre aux visiteurs une expérience « spectaculaire ».

Parmi les autres éléments présentés dans le plan, on retrouve :

– des passerelles pour donner aux visiteurs une meilleure vue sur la nature – le pont du Cosmos sera notamment verdi par de la végétation et sera réservé aux piétons et aux cyclistes ;

– des quais pour donner aux visiteurs une meilleure vue sur le fleuve et accueillir la navette fluviale ;

– une amélioration de l’offre de transports en commun pour faciliter les déplacements des visiteurs dans les îles ;

– le réaménagement de la place des Nations pour accueillir de grands spectacles et d’autres évènements (projet déjà annoncé par la Ville) ;

– le réaménagement du théâtre des Lilas, qui sera doté de canaux navigables ;

– l’aménagement de marais filtrants en bordure du circuit Gilles-Villeneuve ;

– la remise en état de la plaine des Jeux, destinée aux rassemblements pour la pratique de sports et d’autres activités libres ;

– la volonté de doubler la collection d’œuvres d’art en plein air ;

– la remise en valeur du mont Boullé, où des arbres seront plantés ;

– la « mise en lumière » du parc ;

– l’instauration d’une assemblée annuelle publique intégrant une reddition de comptes.

Certains travaux débuteront très rapidement, comme le réaménagement de la place des Nations et du mont Boullé.

Les autres étapes du projet seront réalisées graduellement au cours des 10 prochaines années.

En attendant, une étude sur la mobilité dans le secteur a été entreprise, afin de connaître les besoins d’usagers du parc et de mettre en place les bonnes mesures pour y répondre, indique la directrice générale de la Société du parc Jean-Drapeau, Isabelle Bonneau.

Une annonce « électoraliste », selon l’opposition

Le parti de l’opposition Ensemble Montréal – parti dont Denis Coderre est le nouveau leader – dénonce une manœuvre de l’administration en place pour se faire du « capital politique ».

« L’annonce de ce matin est électoraliste et précipitée », s’insurge Lionel Perez, chef de l’opposition officielle à l’hôtel de ville. « Il y a beaucoup de questions sans réponses, et pour nous, il s’agit d’un exercice de relations publiques en prévision des élections. »

« On voit encore une fois que Projet Montréal a une obsession de tout faire en son pouvoir pour faire la guerre aux automobilistes », déplore-t-il, disant craindre que le parc devienne moins accessible pour les familles, les personnes âgées et les personnes à mobilité réduite.

L’Association des architectes paysagistes du Québec, de son côté, félicite la Ville pour son plan qui permet d’accroître la canopée et les milieux humides dans les îles, tout en mettant en valeur le patrimoine historique, notamment des éléments liés à Expo 67.

« Il y a des endroits actuellement qui sont carrément inaccessibles et inconnus sur les îles », note Philippe Lupien, membre du conseil d’administration de l’Association. « Le plan propose des gestes cohérents pour permettre la découverte des paysages, des architectures, pour donner une clarté à tout ça. »