Un rapport de recherche commandé par Montréal met en garde contre une possible « spirale de dévitalisation » du centre-ville et recommande d’y multiplier les piétonnisations de rue et les pistes cyclables à court terme, a appris La Presse.

Philippe Teisceira-Lessard Philippe Teisceira-Lessard
La Presse

Selon nos informations, l’administration Plante compte utiliser le document pour soutenir l’annonce de ses mesures estivales destinées au centre-ville, jeudi, notamment la fermeture de rues à la circulation automobile.

Le rapport, rédigé par la grande firme de consultants PwC, explique que le cœur économique de Montréal est particulièrement exposé aux effets dévastateurs indirects de la COVID-19. C’est que beaucoup des industries qui s’y trouvent peuvent facilement basculer vers le télétravail, les gens qui y travaillent ont souvent des temps de déplacement longs et le tourisme y occupe une place importante. L’importance de ses universités — passées à l’enseignement à distance — et du secteur culturel met aussi le centre-ville montréalais dans une situation difficile.

« Le risque d’enclencher une spirale de dévitalisation des centres-villes est bien présent, car une baisse soutenue de l’achalandage pourrait entraîner la fermeture des commerces, des restaurants, des bars et des salles de spectacle, qui dépendent de l’afflux quotidien des travailleurs, des touristes et des étudiants », explique PwC dans son rapport, qui aborde la situation de six grandes villes canadiennes.

« La disparition de ces établissements, au cœur de la vitalité des centres-villes, contribuerait à une diminution de l’attractivité des centres-villes pour les résidants et les employeurs, qui pourraient choisir de quitter les centres-villes ou de ne pas les considérer dans leur choix de localisation, et ainsi de suite. »

Ce danger est d’autant plus grand que la fin de la pandémie ne signifiera pas la fin de ses effets, avertit le rapport : le télétravail est appelé à cohabiter avec les tours de bureaux, les voyages d’affaires ne reprendront pas rapidement et le commerce en ligne est là pour de bon.

Piétonnisation et transports en commun

Les solutions mises de l’avant par PwC concordent avec la vision à laquelle l’administration Plante a habitué les Montréalais depuis trois ans.

« Dans l’immédiat », les consultants proposent de « donner la priorité à la transformation des rues et des chaussées existantes en favorisant leur piétonnisation, à la fois pour la période de rétablissement immédiate et la période post-COVID-19, à titre de mesures permanentes » et d’augmenter « l’offre de voies cyclables en tenant compte de la sécurité et du bien-être des piétons ».

Le rapport suggère aussi de verdir les centres-villes de façon massive et de mieux utiliser ses infrastructures souterraines en hiver. Sur le plan du transport, on préconise la mise en place d’« un protocole sanitaire clair, robuste et éprouvé scientifiquement pour le transport en commun » et la mise en place de davantage de véhicules de transports en commun pour assurer la distanciation physique.

Sur le plan budgétaire, le document propose aux villes de « réclamer de nouvelles ressources financières des gouvernements supérieurs dans le cadre des prochaines négociations fiscales et [de] chercher à obtenir des transferts supplémentaires afin de soutenir les travaux de relance sans alourdir la dette des villes ».