L’arrondissement de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles se prépare à adopter un nouveau règlement de zonage comportant plusieurs dispositions pour mieux lutter contre les changements climatiques.

Éric-Pierre Champagne Éric-Pierre Champagne
La Presse

Au nombre des mesures qui seront mises de l’avant, les nouvelles aires de stationnement pour les unités résidentielles devront être précâblées afin d’accueillir des bornes de recharge pour véhicules électriques.

L’arrondissement dirigé par la mairesse Caroline Bourgeois souhaite ainsi se préparer pour 2035, année à partir de laquelle la vente de véhicules à essence neufs sera interdite au Québec.

Le gouvernement Legault a d’ailleurs annoncé qu’il souhaitait augmenter à 30 % d’ici 10 ans la proportion de voitures électriques sur les routes. Un bond considérable considérant que seulement 1,3 % du parc automobile actuel est constitué de véhicules électriques.

Au nombre des changements à venir, l’arrondissement veut aussi réduire la proportion de surfaces asphaltées au profit d’espaces végétalisés.

« On a constaté qu’il n’y a pas beaucoup de verdissement dans les nouveaux projets de développement. Tout est asphalté. Ça respecte bien sûr la règlementation en vigueur, mais c’est une pratique qu’on ne veut plus voir en 2021 », signale Caroline Bourgeois.

L’arrondissement estime que de 8000 à 12 000 unités d’habitation pourraient s’ajouter sur son territoire au cours des prochaines années.

Accroître la surface végétalisée

L’espace minimal qui doit être végétalisé en cour avant pour les nouvelles habitations passera de 10 % à 20 %. Divers éléments végétaux (arbres, arbustes, haies, etc.) devront obligatoirement être aménagés entre un espace de stationnement et la voie publique pour les habitations de trois unités et plus.

La nouvelle règlementation sera aussi plus stricte pour les aires de stationnement des espaces commerciaux qui sont supérieures à 1000 m2. Au moins 25 % de leur superficie devra être végétalisée.

Ces mesures pourraient contribuer à diminuer les îlots de chaleur urbains, d’autant plus qu’on s’attend à une hausse des épisodes de chaleur extrême dans le Grand Montréal au cours des prochaines décennies.

Je m’attends à ce que ça soit bien reçu par le public. Les gens aiment Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles. On a des parcs extraordinaires, on a la rivière, on a le fleuve.

Caroline Bourgeois, mairesse de l’arrondissement de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles

Même son de cloche du côté de Yann Lessnick, conseiller en planification pour l’arrondissement. « On donne aussi l’exemple auprès des promoteurs avec nos projets. »

Il cite en exemple le stationnement écologique de l’aréna Rodrigue-Gilbert. Le nouvel aménagement comprend notamment 34 % de surface perméable permettant d’absorber et de filtrer l’eau de pluie.

L’arrondissement de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles compte un peu plus de 100 000 habitants, soit 6 % de la population de Montréal. En matière de densification, on y retrouve 2525 habitants au kilomètre carré.

Le nouveau règlement devrait être adopté mardi en conseil d’arrondissement avant d’être officiellement entériné par Montréal au début du mois de mai.