Une manifestation en appui à la communauté autochtone Wet’suwet’en aux abords des voies ferrées continue d’interrompre les services de trains sur la ligne exo4 Candiac pour une durée indéterminée depuis lundi matin.

Mayssa Ferah Mayssa Ferah
La Presse

Les manifestants s’opposent au projet d’oléoduc Coastal Gaslink, en solidarité avec la Première Nation Wet’suwet’en, en Colombie-Britannique, dont la trajectoire prévue passe par leur territoire. Des tensions règnent entre les membres de cette Première Nation autochtone et les policiers de la Gendarmerie royale du Canada (GRC), qui ont procédé jeudi matin à plusieurs arrestations.

Sur la voie ferrée aux abords de la route 138 près du pont Mercier, les quelques manifestants de la communauté mohawk de Kahnawake avaient quitté les lieux en début de matinée. Plusieurs structures de bois recouvertes du drapeau iroquois et quelques chaises bloquaient les rails du chemin de fer.

Vers 11h30, cinq personnes sont revenues sur place. Rassemblées autour d’un feu, elles discutaient calmement.

« Encore une fois, on détruit notre habitat et on vole nos terres. Après, on nous demande de passer à autre chose parce que nous sommes en colère », a expliqué Sedalia Kawennota avec une pointe d’amertume dans la voix.

« Alors que Trudeau parle de réconciliation, il n’y en a aucune. Changer le nom des rues à Montréal ne va rien faire pour nous si à côté on installe des pipelines sur nos terres […] mais nous nous tiendrons toujours debout », poursuit la dame âgée d'un ton las.

« C’est l’histoire qui se répète sans cesse! Il y a beaucoup de frustrations dans notre communauté par rapport à ce qui se passe présentement en Colombie-Britannique, surtout chez nos jeunes», s’est à son tour exclamé James Nolan, venu s’installer près du feu avec son fils adolescent.

Pour ce qui est des déplacements des trains de banlieue de la ligne exo2, un service d’autobus est disponible entre le terminus Mansfield situé au centre-ville de Montréal et les gares de Candiac, Delson, Saint-Constant et Sainte-Catherine. Les heures de départ des autobus respectent l’horaire habituel des trains, précise exo.

Pour faciliter la vie aux usagers, les titres de trains seront admis à bord des autobus de la STM avec une connexion aux gares LaSalle et Du Canal et aux stations de métro Lucien-L’Allier, Bonaventure, Vendôme, Angrignon et Lionel-Groulx.

Un service d’autobus a également été déployé et permet le transport en direction de Montréal et de la rive-sud.

En Ontario, un autre groupe d’opposants au gazoduc manifeste depuis jeudi dernier, obligeant Via Rail à annuler tous ses trains entre Montréal et Toronto et entre Toronto et Ottawa.