Le gouvernement du Québec et la Ville de Montréal ont annoncé samedi matin un investissement de 700 000 $ dans le Projet Résilience, un centre de jour pour sans-abri autochtones qui exerce ses activités dans un local temporaire près du square Cabot.

Antoine Trussart Antoine Trussart
La Presse

L’aide financière sera assurée à hauteur de 600 000 $ par Québec pour l’achat ou la location d’un local permanent et de 100 000 $ par Montréal pour assurer le fonctionnement quotidien de l’organisme.

« C’est une belle nouvelle, a déclaré Valérie Plante, mairesse de Montréal. Ça s’inscrit dans tout le travail qui a été fait au cours des dernières années pour répondre aux besoins des personnes en situation d’itinérance. »

« Je suis très reconnaissante, même un peu dépassée [overwhelmed] », a commenté Nakuset, qui a cofondé Résilience Montréal et qui dirige également le Foyer pour femmes autochtones de Montréal. « Nous avons eu tellement de support de tous nos partenaires », a-t-elle ajouté.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Nakuset, cofondatrice de Résilience Montréal

Ian Lafrenière, ministre responsable des Affaires autochtones, affirme que cette annonce n’est qu’un début et désire ainsi envoyer « un message fort » que son gouvernement est là pour aider les communautés autochtones.

Valérie Plante reconnaît que ce sera « un défi » de trouver un local à un prix raisonnable dans ce secteur du centre-ville et que toutes les options sont sur la table pour arriver à pérenniser le fonctionnement de Résilience Montréal.

« On ne veut pas que la même chose qui est arrivée à Open Door nous arrive aussi », a commenté Nakuset. Open Door est un refuge pour autochtones qui était situé près du square Cabot et qui a dû déménager au début de l’année 2019, laissant un vide de service pour la population itinérante du quartier. En 2019, on a déploré 14 morts parmi la population de sans-abri du square Cabot.

Le bail commercial du local actuel de Résilience Montréal expire en avril prochain. L’organisme espère ne pas avoir à arrêter d’offrir ses services et réussir à trouver un nouveau local d’ici là.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Résilience Montréal a ouvert ses portes en novembre 2019, dans un vaste local rue Sainte-Catherine Ouest, près de la station de métro Atwater.

Les responsables des deux ordres de gouvernement ont lancé un appel au domaine privé et aux philanthropes montréalais pour que de l’argent soit trouvé afin d’aider le centre de jour à poursuivre ses activités.

« Cet argent nous aide, mais on a besoin de plus », a souligné Nakuset.

Résilience Montréal a ouvert ses portes en novembre 2019, dans un vaste local rue Sainte-Catherine Ouest, près de la station de métro Atwater. L’organisme devra quitter ce local puisque le bâtiment qui l’abrite sera démoli pour faire place à des condos.

L’investissement de 600 000 $ de Québec fait suite à une autre annonce d’un investissement de 300 000 $ pour financer l’embauche de quatre travailleurs de rue pour accompagner les policiers du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) dans de nouvelles patrouilles mixtes.

Rappelons qu’en octobre dernier, Nakuset avait été une des voix les plus critiques au sujet de la nomination de M. Lafrenière, ancien porte-parole du SPVM, au poste de ministre des Affaires autochtones.