Un corridor vert long de 27 kilomètres reliera, d’ici 10 ans, le parc-nature du Bois-de-Saraguay au parc Angrignon, dans l’ouest de l’île de Montréal, en partie sous des lignes électriques d’Hydro-Québec.

Isabelle Ducas Isabelle Ducas
La Presse

Le tracé empruntera aussi parfois des parcs, et parfois des rues qui seront aménagées de façon sécuritaire pour les piétons et les cyclistes, a expliqué la mairesse de Montréal, Valérie Plante, en annonçant ce projet lundi matin, en compagnie de la PDG d’Hydro-Québec, Sophie Brochu.

« On le sait, avec la pandémie, on a besoin de bouger, de prendre l’air, et on a vu à quel point les parcs ont été appréciés au cours de derniers mois, alors c’est dans cette mouvance que ce projet s’inscrit », a souligné Mme Plante.

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

La mairesse de Montréal, Valérie Plante

En plus de favoriser les déplacements actifs, le projet vise la protection de la biodiversité et la lutte contre les îlots de chaleur, a ajouté la mairesse. Il pourrait aussi faciliter l’accès à certaines stations du Réseau express métropolitain (REM) dans le secteur.

Les travaux pour l’aménagement de ce corridor vert devraient commencer en 2023. Les coûts du projet sont évalués à 50 millions, et la contribution d’Hydro-Québec s’élèvera à 10 millions.

IMAGE FOURNIE PAR LA VILLE DE MONTRÉAL

C’est d’ailleurs Hydro-Québec qui est à l’origine du projet.

La ligne électrique reliant le secteur de Saint-Laurent à celui de LaSalle, sur 18 kilomètres, date des années 50 ; elle doit être modernisée et sa capacité doit être augmentée, a indiqué Sophie Brochu.

« Hydro-Québec est allée vers les communautés pour voir comment on pouvait faire ça ensemble, et qu’est-ce qui serait important pour les citoyens qui jouxtent cette emprise. De là est née l’idée d’un grand corridor vert », a relaté Mme Brochu.

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

La PDG d’Hydro-Québec, Sophie Brochu

La mise à niveau de la ligne de transport d’Hydro-Québec est un projet de 500 millions pour la société d’État.

Ce nouvel aménagement traversera plusieurs arrondissements montréalais et villes liées : LaSalle, Lachine, Saint-Laurent, Ahuntsic-Cartierville et Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, ainsi que Montréal-Ouest et Côte-Saint-Luc.

Le corridor vert croise aussi des autoroutes et chemins de fer sur son parcours, ce qui nécessitera la construction de ponts.

CARTE FOURNIE PAR LA VILLE DE MONTRÉAL

Hydro-Québec devra soumettre le projet à la Régie de l’énergie pour obtenir le feu vert. Le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) pourrait aussi être appelé à se prononcer.

Valérie Plante espère que ce projet pourra « faire des petits » ailleurs dans l’île de Montréal.