Les deux partis d’opposition à Longueuil annonceront jeudi leur fusion afin de détrôner l’administration de la mairesse Sylvie Parent, à un peu plus d’un an des prochaines élections municipales qui doivent se tenir en 2021 partout au Québec, a appris La Presse.

Henri Ouellette-Vézina Henri Ouellette-Vézina
La Presse

Une procédure de ralliement a en effet été entamée ces derniers jours auprès du Directeur général des élections du Québec (DGEQ) pour que s’unissent Longueuil Citoyen et Option Longueuil, sous la bannière du premier des deux partis.

Dans les prochains jours, cette situation fera passer de quatre à sept le nombre d’élus du caucus de Longueuil citoyen, dont deux conseillers d’arrondissement dans l’arrondissement de Greenfield Park et le président de celui-ci, Robert Myles, qui siège au conseil de la ville.

« On devient ainsi la formation majoritaire », se réjouit le chef par intérim du nouveau parti unifié, Xavier Léger. Son équipe totalisera dorénavant cinq élus à l’hôtel de ville, contre quatre pour Action Longueuil, parti de la mairesse Sylvie Parent. Les six postes restants demeurent occupés par des indépendants. Un poste reste aussi vacant dans le district d’Iberville, à la suite de la démission d’Éric Beaulieu.

Une élection à refaire

Avec l’annonce de cette fusion, M. Léger dit surtout vouloir envoyer un « message clair » aux instances politiques et aux citoyens : « On commence déjà à rassembler les troupes, et on se prépare activement pour le prochain scrutin », clame-t-il. L’élu déplore au passage le bilan « sans couleur et sans saveur » de l’administration Parent, « la plus dépensière de tous les temps à Longueuil », selon lui.

« La réalité, c’est qu’on ne veut pas reproduire les résultats de la dernière élection », ajoute-t-il. En 2017, son parti – alors dirigé par Josée Latendresse – avait laissé échapper la mairie par une centaine de voix, en récoltant 42,53 % des votes, contre 42,73 % pour Sylvie Parent. Option Longueuil, pour sa part, avait réuni 14,73 % des électeurs. « Faites le calcul : l’alliance nous aurait menés à la victoire », résume Xavier Léger.

Joint par La Presse, Robert Myles, d’Option Longueuil, n’y va pas par quatre chemins pour décrire la raison de sa décision. « On veut gagner la prochaine élection. Je suis très fier de mon équipe, et j’aime nos chances, surtout puisqu’on est habitués à faire du terrain », affirme-t-il. M. Myles affirme que sa relation avec Longueuil citoyen témoigne depuis trois ans « d’une collaboration solide, basée sur l’écoute, la confiance et un respect mutuel ». « Ensemble, on aura un programme ambitieux qui remet les citoyens au cœur des préoccupations », assure-t-il au passage.

« Depuis des années, le parti au pouvoir n’a pas offert des services municipaux adaptés aux communautés qui résident sur son territoire », ajoute dans une déclaration Peter Doonan, l’un des deux conseillers d’arrondissement de Greenfield Park qui fait lui aussi le saut chez Longueuil Citoyen.

Appelée à réagir, la mairesse Sylvie Parent, de son côté, a indiqué que cette union « vient concrétiser les rumeurs qu’on entendait depuis des mois ». « Ça lève le voile sur les comportements, les agissements et les votes de Robert Myles. Ceci dit, j’ai bien hâte à l’élection de novembre 2021 », souligne-t-elle.