La Société de transport de Montréal (STM) ne connaît toujours pas l’origine de l’attaque informatique qui a lourdement touché ses systèmes il y a une semaine et dont les effets se font encore sentir.

La Presse Canadienne

La STM avait annoncé mardi dernier une panne majeure qui l’obligeait à réduire ses services, en particulier pour le transport adapté. L’attaque a aussi perturbé ses différentes plateformes, dont le site web et les lignes téléphoniques.

Le transporteur public montréalais a affirmé mardi que l’enquête sur cette attaque se poursuivait avec les autorités concernées et des experts externes en cybersécurité.

La STM, qui ne sait pas d’où provenait la cyberattaque, précise n’avoir reçu aucune demande de rançon.

L’attaque a notamment perturbé 1000 des 1600 serveurs de la STM, mais 50 % des serveurs touchés sont maintenant rétablis, a indiqué la société de transport mardi.

On précise que tous les employés recevront leur paie de base, mais que certaines primes pourraient ne pas être versées au moment prévu. Des équipes ont aussi été mobilisées pour s’assurer que les fournisseurs soient payés.

La STM indique par ailleurs que le titre mensuel de novembre sera de nouveau disponible chez les détaillants partenaires à partir de mercredi matin.

Le service d’autobus et de métro, qui n’a pas été touché par l’attaque, continue de fonctionner normalement.