La sauvegarde de notre patrimoine doit maintenant passer par des actions citoyennes organisées. C’est ce que croit fermement Héritage Montréal, qui, en 45 ans, a porté à bout de bras de nombreux dossiers qui ont permis la protection de centaines de sites et de bâtiments.

Mario Girard Mario Girard
La Presse

Pour son 40anniversaire, en 2015, l’organisme avait lancé la plateforme HMTL qui permettait de sensibiliser la population au sort de notre patrimoine en péril. Héritage Montréal va maintenant plus loin avec Memento, un outil qui permet de faire l’inventaire des sites en péril, mais aussi de créer des alertes citoyennes.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, ARCHIVES LA PRESSE

L’ancien Institut des sourdes-muettes est considéré comme un bâtiment en péril sur Memento, une nouvelle plateforme d’Héritage Montréal pour sauvegarder le patrimoine.

« Cette nouvelle plateforme permet une meilleure prise en charge de projets de requalification par les citoyens, explique Robert Turgeon, directeur général d’Héritage Montréal. Aussi, on accompagne mieux les citoyens dans l’action qu’ils veulent entreprendre. »

Exemples de bâtiments qui ont fait l’objet d’une alerte citoyenne

  • La bibliothèque Saint-Sulpice

    SAISIE D’ÉCRAN DE LA PLATEFORME MEMENTO

    La bibliothèque Saint-Sulpice

  • Maison Holmes-McFarlane

    SAISIE D’ÉCRAN DE LA PLATEFORME MEMENTO

    Maison Holmes-McFarlane

  • Ancienne usine Catelli

    SAISIE D’ÉCRAN DE LA PLATEFORME MEMENTO

    Ancienne usine Catelli

  • Caserne de pompiers Summerlea

    SAISIE D’ÉCRAN DE LA PLATEFORME MEMENTO

    Caserne de pompiers Summerlea

1/4
  •  
  •  
  •  
  •  

Memento permet de découvrir les sites qui sont jugés « prioritaires ». Parmi ceux-ci on retrouve le Théâtre Empress, la station de pompage Craig, l’ancienne laiterie Canada Malting, l’Institut des sourdes-muettes, le restaurant Le 9e et plusieurs autres. Des textes expliquent les contextes, souvent particuliers, dans lesquels est figé l’avenir de ces bâtiments.

On peut aussi attirer l’attention sur un site ou un bâtiment grâce à une alerte citoyenne. Les auteurs de ces alertes peuvent ensuite lancer une action collective. « Cela permet d’identifier d’autres citoyens dans leur quartier ou leur ville qui ont aussi à cœur la sauvegarde du site ou du bâtiment mis en évidence », ajoute Robert Turgeon.

Les citoyens peuvent publier une photo accompagnée d’un texte. L’équipe d’Héritage approuve le texte (après une période de 24 à 48 heures) et le publie ensuite.

SAISIE D’ÉCRAN DU SITE MEMENTO

Exemple d’alerte citoyenne créée sur le site de Memento

Parmi les lieux visés par des alertes citoyennes, il y a la résidence Ravenscrag, le studio Ernest-Cormier, la Maison Holmes-McFarlane, la Maison Chénier-Sauvé (Saint-Eustache), la Maison du Chanoine-Lionel-Groulx (Vaudreuil), l’ancien complexe de l’ONF et des dizaines d’autres.

Le souhait d’Héritage Montréal est de voir se former des groupes de citoyens, des noyaux qui vont monter au front. Le but est de protéger ces sites, mais également de leur trouver de nouveaux usages.

Je suis allé voir plusieurs fois la plateforme depuis sa mise en ligne. Elle est en effet très bien faite. Le site HMTL avait totalisé une centaine d’inscriptions depuis 2015. En deux semaines seulement, Memento a reçu une vingtaine de nouvelles inscriptions.

La plateforme Memento est parrainée par Héritage Montréal, mais M. Turgeon souhaite que les citoyens se l’approprient. « Nous croyons que ce sont eux qui ont le plus de pouvoir sur leurs élus et l’appareil administratif. Nous sommes sept personnes à Héritage Montréal. On ne peut pas suffire à la tâche. »

Pour aider les citoyens dans leurs futures démarches, la plateforme propose des « InspirActions » qui servent de modèles aux gens qui voudraient s’atteler à la tache de sauvegarder un site. Des vidéos montrent comment des citoyens ont atteint leurs objectifs.

« L’exemple le plus récent est celui de la reconversion du couvent des Sœurs de Sainte-Anne à Lachine, dit Robert Turgeon. Il y a un gros engouement pour ce projet actuellement sur les réseaux sociaux. »

L’autre particularité de cette plateforme, c’est qu’elle rejoint maintenant les citoyens de la Communauté métropolitaine de Montréal, c’est-à-dire l’agglomération regroupant 82 municipalités. « Nous voulons maintenant couvrir Laval, la Rive-Sud et la Rive-Nord, dit Robert Turgeon. C’est un territoire très riche en sites patrimoniaux. »

M. Turgeon aime à rappeler les débuts d’Héritage Montréal, il y a 45 ans, où c’était le « Far West ». Des pans entiers du patrimoine ont alors disparu. « Le grand défi que nous avons en 2020 est de trouver des façons de requalifier ces propriétés. Aujourd’hui, on identifie ces bâtiments dès l’abandon, mais aussi lors de la menace d’abandon. »

Il est vrai que beaucoup de chemin a été parcouru depuis les désastres des années 60 et 70. Chez Héritage Montréal, on observe un intérêt sans cesse grandissant pour la sauvegarde du patrimoine, qu’il s’agisse d’un bâtiment historique ou d’une enseigne commerciale oubliée.

« On pense que ces lieux et ces bâtiments sont des repères pour la mémoire collective, déclare Robert Turgeon. De plus en plus, les citoyens vont avoir cette capacité d’indiquer à la société civile et aux élus ce qu’il est important de faire. Tout cela est bien plus fort que les listes et les inventaires qui vont être faits dans de nombreuses années. »

Combien de fois, en observant un site ou un bâtiment ayant sombré dans l’oubli ou l’indifférence, vous êtes-vous dit : « Si je pouvais faire quelque chose ! »

Là, vous le pouvez.

> Consultez la plateforme Memento