Les jeunes de Montréal-Nord s’unissent pour faire rayonner leur arrondissement

Véronique Lauzon
Véronique Lauzon La Presse

La mairesse Christine Black entend prouver que la mauvaise presse que reçoit trop souvent Montréal-Nord est injustifiée : elle multiplie depuis plusieurs mois les projets qui démontrent le dynamisme de son arrondissement.

Dans les derniers mois, Montréal-Nord a plusieurs fois fait les manchettes pour les mauvaises raisons, que ce soit le nombre anormalement élevé de cas de COVID-19 ou la crise alimentaire provoquée par la crise sanitaire.

Plus que jamais, dans ce contexte, la mairesse Black veut mousser les multiples projets audacieux et positifs qui n’ont pas attendu la COVID-19 pour voir le jour en grand nombre. Des projets souvent poussés par les moins de 24 ans, qui représentent tout de même le tiers de la population de son arrondissement.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, ARCHIVES LA PRESSE

Christine Black, mairesse de l’arrondissement de Montréal-Nord

« Nous sommes reconnus pour vouloir travailler collectivement, fait observer Mme Black. Les plans d’action collectifs, c’est devenu notre marque de commerce à Montréal-Nord. Ce n’est pas toujours facile de travailler en groupe, mais je pense que c’est essentiel pour arriver à mieux relever les défis. »

Elle cite en exemple le plan sur l’habitation et celui sur l’économie. Mais celui dont cette ancienne directrice d’un centre de jeunes est particulièrement fière, c’est le plan d’action collectif sur la jeunesse que son administration a mis sur pied pour améliorer les conditions de vie des « 0 à 29 ans ».

« À Montréal-Nord, on veut plus de projets réfléchis, avec plus de consultations. Ça me touche, parce que les citoyens veulent s’impliquer. Les jeunes qui font partie du Conseil jeunesse le font bénévolement. C’est très encourageant de les voir aller, de voir des jeunes qui ne se contentent pas de chialer », confie Mme Black, qui fut élue pour la première fois en 2016 dans l’équipe de Denis Coderre.

Pour la première fois depuis sa création, le Conseil jeunesse de Montréal-Nord a dévoilé fin août ses recommandations à propos du redéploiement de la Maison culturelle et communautaire de Montréal-Nord et du nouveau pavillon du parc Henri-Bourassa.

PHOTO FOURNIE PAR LE CONSEIL JEUNESSE DE MONTRÉAL-NORD

Le président du Conseil jeunesse de Montréal-Nord, Zakaria Zaki Rouaghi, et la vice-présidente, Sarah Veillard-Lumène

« Ce lieu est stratégiquement bien situé, affirme le président du Conseil jeunesse de Montréal-Nord, Zakaria Zaki Rouaghi. C’est une zone très, très fréquentée par les jeunes. Ils sont déjà très actifs dans la Maison, mais on veut qu’ils le soient encore plus. Et avec l’arrivée du nouveau pavillon, ça va permettre à plus de jeunes de s’impliquer. »

Les jeunes qui ont été invités à exprimer leurs opinions au Conseil ont demandé plus de cours (cuisine, autodéfense), de débats, de conférences et de culture. Mais ils ont aussi dénoncé des règles trop strictes à la bibliothèque et l’absence d’endroits pour prier.

La vice-présidente du Comité jeunesse, Sarah Veillard-Lumène, explique quant à elle qu’il y a déjà une belle offre de services dans l’arrondissement, mais que ces évènements sont généralement très peu connus des jeunes. « L’arrondissement nous dit avoir créé des pages et des évènements Facebook, mais ce n’est pas un réseau qui rejoint les jeunes. Ils sont sur Instagram, Snapchat et TikTok. C’est important de changer ça », dit celle qui travaille bénévolement parce qu’elle veut redonner à la communauté qui l’a vue naître et grandir.

Plus largement, le Conseil a d’ailleurs conclu dans son rapport que les jeunes « aiment leur communauté d’appartenance » et souhaitent « contribuer à son développement et à son rayonnement ». Ils espèrent donc que les élus vont encore plus collaborer avec les jeunes pour développer Montréal-Nord.

« Nous sommes sur la bonne voie et on veut continuer d’améliorer le quartier », lance Zakaria Zaki Rouaghi.