Jugé non prioritaire par les autorités de santé publique, l’entretien des rues, parcs et trottoirs a été négligé pendant des semaines. L’arrivée du beau temps et l’impatience des Montréalais forcent aujourd’hui la Ville à se refaire une beauté à la vitesse grand V.

Véronique Lauzon Véronique Lauzon
La Presse

Audrey Ruel-Manseau Audrey Ruel-Manseau
La Presse

Normalement, au printemps, la Ville entame une « séquence » pour préparer sa métropole à la saison chaude, dès le déneigement terminé. Il y a d’abord le nettoyage des rues, des trottoirs, puis des parcs.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Opération de nettoyage des trottoirs, mardi, à Montréal

« Mais cette année, la séquence a foutu le camp ! On fait tout en même temps », lance Jean-François Parenteau, responsable des services aux citoyens au comité exécutif de la Ville de Montréal.

Au lieu de commencer à nettoyer les rues dès le premier jour d’avril, la pandémie a forcé la Ville à revoir sa façon de faire. Avec la Direction de santé publique de Montréal, la décision a été prise de reporter le nettoyage. « Parce que ç’aurait été complexe de demander aux Montréalais de déplacer leur voiture, alors qu’ils étaient tous chez eux », précise M. Parenteau.

« Est-ce que la ville est plus sale qu’à l’habitude ? Oui, bien sûr, puisqu’on a perdu un mois et demi sur notre séquence, concède celui qui est également maire de l’arrondissement de Verdun. Mais depuis une semaine et demie, les cols bleus s’activent, et on commence à prendre le dessus. »

Les cols bleus courent partout !

Jean-François Parenteau, responsable des services aux citoyens au comité exécutif de la Ville de Montréal

Des dizaines d’employés de la Ville étaient au parc La Fontaine, mardi matin, pour tondre le gazon notamment, peindre les bancs publics et procéder à l’aménagement paysager. D’autres s’affairaient à l’entretien des terrains de tennis qui rouvrent ce mercredi.

La Ville a aussi ajouté des collectes des déchets dans les parcs, parce que « bien plus de monde que normalement y vont » et que les poubelles y étaient souvent pleines, ces dernières semaines.

  • Des poubelles du parc La Fontaine, mardi

    PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

    Des poubelles du parc La Fontaine, mardi

  • Des poubelles du parc du Père-Marquette, dans Rosemont–La Petite-Patrie, samedi dernier

    PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

    Des poubelles du parc du Père-Marquette, dans Rosemont–La Petite-Patrie, samedi dernier

  • Des poubelles du parc Jarry, dans Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension, vendredi dernier

    PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

    Des poubelles du parc Jarry, dans Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension, vendredi dernier

1/3
  •  
  •  
  •  

Mais même si les employés municipaux mettent le paquet, le temps perdu ne pourra pas être rattrapé dans tous les secteurs, dont l’aménagement paysager. « Il y aura moins de fleurs cette année », précise par exemple M. Parenteau.

Première canicule et retour des jeux d’eau

Les Montréalais ont vécu le premier épisode de chaleur de la saison mardi avec un indice humidex frôlant le 40. Environnement Canada a d’ailleurs émis un avertissement de chaleur qui devrait se poursuivre jusqu’à jeudi.

Mardi, la Ville de Montréal a annoncé que des arrondissements ouvraient graduellement leurs jeux d’eau, principalement en raison des grandes chaleurs annoncées.

« La chaleur accablante prévue au cours des prochains jours et le contexte de pandémie dans lequel nous nous trouvons complexifient la situation pour les Montréalaises et les Montréalais à la recherche d’un peu de fraîcheur. Pour répondre à cette situation extraordinaire, les arrondissements ouvriront graduellement leurs jeux d’eau, à compter d’aujourd’hui », a annoncé la Ville.

Sur l’avenue Van Horne, au parc Raoul-Dandurand situé à côté du Collège Stanislas, dans Outremont, les jets d’eau de nouveau en fonction ont eu un pouvoir d’attraction instantané. Sur le chemin du retour de la garderie située non loin, la fille de Franz Fontaine, Anaïs, s’y est précipitée. 

Je suis surpris qu’ils rouvrent les jeux d’eau. Je ne sais pas si c’est une bonne idée, si c’est trop tôt. Veux, veux pas, ce n’est pas évident de respecter le deux mètres.

Franz Fontaine

Les enfants d’Angélique Mered et de Delphine Lecoeur sont des amis de la garderie. Leurs retrouvailles inattendues, sous les jets d’eau par cette chaleur, les a rendus fous de joie.

« On allait au parc, on ne s’est jamais rendus », témoigne Delphine, dont les garçons Lucien et Augustin couraient en caleçons entre les jets, faute d’avoir apporté leur maillot. « Ça ne me stresse pas du tout. De toute façon, s’ils retournent à la garderie, ils sont en contact avec d’autres enfants », estime Angélique.

Plus à l’est, l’avertissement de chaleur n’a pas empêché des Montréalais de profiter du soleil, dont Andréa et Dany, deux jeunes dans la vingtaine, qui profitaient du parc La Fontaine pour la première fois.

  • Une jeune femme se détend dans son hamac qu’elle a installé entre deux arbres du parc La Fontaine.

    PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

    Une jeune femme se détend dans son hamac qu’elle a installé entre deux arbres du parc La Fontaine.

  • Tout près des bandes d’une patinoire du parc Baldwin qui n’ont pas encore été démontées, une Montréalaise prenait un bain de soleil.

    PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

    Tout près des bandes d’une patinoire du parc Baldwin qui n’ont pas encore été démontées, une Montréalaise prenait un bain de soleil.

  • Les bassins du parc La Fontaine sont vides depuis quelques semaines. Celui du sud « a été vidé pour effectuer l’installation de pompes et de grillage » et sera rempli sous peu, a expliqué la relationniste de la Ville, Marilyne Laroche Corbeil. Pour ce qui est du bassin nord, « il avait été vidé en vue du réaménagement du théâtre de la Verdure. Les travaux devaient commencer ce printemps, mais ils ont été déplacés à l’automne en raison de la crise sanitaire liée à la COVID-19 », a complété sa collègue Anik de Repentigny, en affirmant qu’il serait rempli la semaine prochaine.

    PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

    Les bassins du parc La Fontaine sont vides depuis quelques semaines. Celui du sud « a été vidé pour effectuer l’installation de pompes et de grillage » et sera rempli sous peu, a expliqué la relationniste de la Ville, Marilyne Laroche Corbeil. Pour ce qui est du bassin nord, « il avait été vidé en vue du réaménagement du théâtre de la Verdure. Les travaux devaient commencer ce printemps, mais ils ont été déplacés à l’automne en raison de la crise sanitaire liée à la COVID-19 », a complété sa collègue Anik de Repentigny, en affirmant qu’il serait rempli la semaine prochaine.

  • Des employés de la Ville peinturent les bancs du parc La Fontaine.

    PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

    Des employés de la Ville peinturent les bancs du parc La Fontaine.

  • Puisque la saison de la baignade est à nos portes, des travailleurs nettoient la piscine Baldwin pour que la Ville puisse accueillir les baigneurs dès que le gouvernement provincial donnera le feu vert.

    PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

    Puisque la saison de la baignade est à nos portes, des travailleurs nettoient la piscine Baldwin pour que la Ville puisse accueillir les baigneurs dès que le gouvernement provincial donnera le feu vert.

  • Au parc Dante, dans la Petite-Italie, un immense arbre de Noël rappelle que cette chaleur n’est que passagère.

    PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

    Au parc Dante, dans la Petite-Italie, un immense arbre de Noël rappelle que cette chaleur n’est que passagère.

1/6
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Ça doit être plus joli lorsque les étangs ne sont pas vides », lance Dany, en maillot de bain. Les deux bassins du parc, où les canards pataugent normalement par dizaines, sont effectivement vides depuis quelques semaines. La Ville assure qu’ils seront bientôt remplis.

Lorsque la saison de la baignade commencera, les deux jeunes ne craindront pas de mouiller leur gros orteil dans les piscines publiques. « Si on nous dit que c’est sécuritaire et qu’on peut garder nos distances, je ne vois pas de problème », avance Andréa, qui vit près du parc Laurier.

À quelques kilomètres du parc La Fontaine, des travailleurs nettoyaient la piscine Baldwin, mardi, pour qu’elle puisse ouvrir dès que le gouvernement provincial donnera son feu vert. « Mais il y aura des règles à suivre, entre autres aux vestiaires, et on ne pourra pas accueillir autant de monde dans chaque piscine », affirme Jean-François Parenteau.

Le maire de Verdun a aussi partagé sa crainte de « ne pas avoir assez de sauveteurs », notamment en raison de la Prestation canadienne d’urgence qui pourrait, selon lui, inciter d’anciens sauveteurs à ne pas travailler cette saison.

Montréal explore différents scénarios pour permettre à la population de se rafraîchir. « On regarde entre autres pour mettre des brumisateurs sur certaines artères. » La Ville a aussi annoncé qu’elle se prépare « à ouvrir exceptionnellement certaines de ses infrastructures ».