La Société de transport de Montréal (STM) prévoit investir près de 18 milliards dans ses réseaux de métro et d’autobus au cours des 10 prochaines années, pour améliorer son offre de service et terminer la modernisation des stations, de ses infrastructures et de ses ateliers d’entretien.

Bruno Bisson Bruno Bisson
La Presse

Selon les documents budgétaires rendus publics hier par la STM en présence de la mairesse Valérie Plante, environ 70 % des investissements serviront à la réfection et à l’entretien des réseaux, à la modernisation des équipements et au remplacement normal des autobus arrivés en fin de vie utile.

Des projets majeurs, comme le prolongement de la ligne bleue du métro, projeté pour 2026, l’implantation d’un service rapide par bus dans l’axe Sauvé/Côte-Vertu et les améliorations de l’accessibilité aux stations de métro, font aussi partie de la longue liste de projets d’investissement de la STM.

En 2020 seulement, 14 stations seront mises en chantier en vue d’y implanter des ascenseurs. D’ici 2024, pas moins de 963 autobus hybrides ou entièrement électriques seront aussi achetés à un coût estimé de 1,2 milliard ; 498 de ces autobus remplaceront des véhicules mis au rancart. Les 465 autres grossiront le parc de bus de la STM, qui dépassera les 2000 véhicules dès l’an prochain.

La présentation du budget annuel et du programme d’immobilisations de la STM s’est d’ailleurs déroulée dans un garage datant de plus de 60 ans, le Centre de transport Saint-Denis, qui a été fermé toute l’année et qui rouvrira dès janvier 2020 pour abriter tous les soirs 180 autobus. Le premier des 300 nouveaux autobus hybrides achetés au début de 2018, et qui seront livrés d’ici la fin de 2020, servait de décor. Une trentaine d’autres s’y ajouteront d’ici janvier, et le reste de la commande suivra à une fréquence de 30 autobus par mois jusqu’en novembre 2020.

Budget et services en hausse

Le budget d’exploitation 2020 présenté hier par la STM est d’ailleurs largement axé sur l’intégration de ces 300 nouveaux bus, dont la mairesse Plante avait fait une promesse de campagne. En faisant passer d’un seul coup le parc d’autobus de 1800 à plus de 2100, la STM a dû faire de la place dans trois de ses centres de transport existants, alors que le Centre Saint-Denis était fermé pour la réfection du toit, en plus de devancer la construction du nouveau Centre Bellechasse, qui ouvrira ses portes en 2022.

Le budget 2020 prévoit ainsi des dépenses de 1,55 milliard, en hausse de 89 millions (6,1 %) par rapport à l’année en cours. Un peu plus de la moitié de cette somme, soit 48,6 millions, sera consacrée à des améliorations de service dans le métro, mais surtout dans le réseau de bus.

L’arrivée de ces nouveaux bus hybrides permettra d’ajouter 265 000 heures de service dans l’ensemble de son réseau de surface, soit une augmentation globale de 5 % par rapport à l’année en cours. Les voitures du métro rouleront quant à elles 2,3 millions de kilomètres de plus qu’en 2019, ce qui représente une augmentation de 2,6 % des services. La STM prévoit enfin faire l’an prochain 207 000 déplacements de plus que cette année en transport adapté, ce qui représente une hausse de 4,7 % des services.

140 autobus manquants

L’augmentation de services importante prévue dans le réseau d’autobus, et l’arrivée progressive des 300 nouveaux véhicules hybrides, survient à un moment où les ateliers d’entretien de la STM sont ralentis par un goulot d’étranglement, à la sortie. Depuis le début de la semaine, il manque pas moins de 140 bus pour assurer l’ensemble des services prévus aux usagers durant les périodes de pointe du matin et du soir.

La situation a été révélée publiquement par le président du syndicat des employés d’entretien de la STM, Gleason Frenette, qui a affirmé mercredi que l’implantation d’un nouveau logiciel de gestion pour l’entretien des bus causait des ralentissements et laissait des employés sans tâche durant des heures, tandis que des centaines de bus n’étaient pas réparés.

Selon le syndicat, 575 des 1800 autobus de la STM, soit 32 % du parc, n’étaient pas disponibles pour le service, mercredi, en attente d’un entretien mécanique. La STM affirme de son côté que 1285 autobus étaient disponibles pour assurer le service, ce jour-là, alors qu’il en aurait fallu 1425 pour assurer la couverture complète du réseau à l’heure de pointe du matin et du soir.

Le directeur général de la société, Luc Tremblay, a toutefois contesté l’explication du syndicat, qui attribue une grande partie des retards pris dans l’entretien des bus au fonctionnement du nouveau logiciel. M. Tremblay affirme que le manque de véhicules pour servir les usagers découle surtout des travaux réalisés dans quatre des huit centres de transport de la STM, au cours de cette année, pour accueillir les 300 nouveaux bus hybrides attendus l’an prochain. Ces travaux, dit-on, ont réduit la capacité d’entretien des ateliers.

D’autres faits saillants

Des usagers gâtés sur la ligne verte

Les usagers de la ligne verte du métro, de Honoré-Beaugrand jusqu’à Angrignon, seront particulièrement choyés par les améliorations de service prévues en 2020. L’arrivée progressive des 17 nouveaux trains AZUR commandés en 2018 au coût de 582 millions permettra d’assurer 80 % des services sur cette ligne avec ces voitures ultramodernes, moins bruyantes que les MR-73, et plus spacieuses pour les passagers. Les services sont déjà assurés à 100 % par les voitures AZUR sur la ligne orange du métro.

« 5 minutes max » même l’été

Après avoir réduit à cinq minutes l’intervalle de passage entre les rames sur les lignes verte et orange durant les jours de semaine de 7 h à 22 h 30, en 2019, la STM va étendre cette mesure sur toute l’année, même en période estivale. Seul le service de fin de semaine ou des jours fériés ne sera pas assuré toutes les cinq minutes sur ces deux lignes de métro.

50 autobus à la rescousse

La « plus importante augmentation de service depuis 2012 » sur le réseau de bus de la STM ne se fera pas sentir avant la rentrée de septembre. Les premiers des 300 nouveaux bus hybrides qui seront livrés en 2020 prendront plutôt la direction de la gare Bois-Franc, sur la ligne de train de banlieue de Deux-Montagnes, pour servir de navettes vers le métro après la fermeture du tunnel ferroviaire du mont Royal, le 6 janvier prochain. La STM a promis l’apport de 50 bus (avec chauffeurs) à ces mesures « transitoires » qui toucheront 15 000 usagers du train de banlieue.

Réduire l’entassement

La majorité des heures de service additionnelles s’ajouteront toutefois au réseau de la STM. L’amélioration de la desserte dans des parcs industriels des secteurs d’Anjou et de Lachine fait partie des ajouts priorisés mentionnés hier par la STM. La mairesse de Montréal, Valérie Plante, a indiqué de son côté que ces 300 bus additionnels permettraient aussi d’ajouter des véhicules sur les lignes les plus fréquentées de façon à réduire l’entassement des passagers, surtout en heures de pointe. Les nouveaux circuits mis en place pour soulager la ligne orange du métro, comme l’express Papineau, pourraient aussi profiter de ces ajouts.

Une ligne 445 très populaire

La STM a d’ailleurs révélé hier que la fréquentation sur l’express Papineau (ligne 445), créé en septembre dernier, avait plus que doublé en seulement deux mois. Au début, cette ligne express reliant les secteurs de Rosemont et du Plateau-Mont-Royal au centre-ville, via l’avenue Papineau, était utilisée par environ 800 usagers par jour, qui évitaient ainsi l’encombrement de la ligne orange du métro. Deux mois plus tard, l’achalandage quotidien de la 445, qui ne fonctionne qu’en périodes de pointe, atteint déjà les 1700 usagers.

Un ascenseur pour la ligne verte à Berri-UQAM

Deux stations seront rendues plus facilement accessibles aux personnes à mobilité réduite en 2020. Un ascenseur permettra d’accéder à la ligne verte à la station Berri-UQAM, et un premier ascenseur sera mis en service à la station Vendôme, voisine du Centre universitaire de santé McGill (CUSM). Cela portera à 16 le nombre des stations accessibles sur les 68 qui composent le réseau. Des chantiers seront par ailleurs entrepris dans 14 autres stations, en 2020, pour les doter d’ascenseurs.