Alors que Montréal accueille sa première bordée de neige, la mairesse Valérie Plante a annoncé lundi de nouvelles initiatives pour faire face à l’hiver.

Mayssa Ferah Mayssa Ferah
La Presse

«Depuis quelques hivers, on ressent les conséquences directes des changements climatiques. Nous sommes toujours à la recherche de solutions pour s’adapter», a dit la mairesse en point de presse.

Les nouvelles mesures donneront plus de flexibilité aux arrondissements qui pourront décréter deux chargements locaux cette année. La quantité de neige tombée dans l’est de Montréal, par exemple, excède souvent celle du centre-ville. Cette décision devrait permettre aux arrondissements de ne pas systématiquement attendre une déclaration du chargement de neige provenant de la ville centre.

Lors d’une accumulation de neige entre 10 et 15 centimètres, un chargement est habituellement entrepris par la Ville. Cette année, le premier chargement pourrait arriver plus tôt que prévu. «C’est un record au niveau des chargements par rapport aux années précédentes», a dit Jean-François Parenteau, responsable des services aux citoyens, de l’environnement et des relations gouvernementales au comité exécutif de la Ville de Montréal.

En terrain glissant

PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE

De nouvelles remorques servant à l’épandage de fondants et abrasifs sur les trottoirs seront mises en opération.

Les trottoirs glissants aux allures de patinoires de l’hiver dernier causés par des pluies hivernales ont marqué les Montréalais. «Je n’ai pas de lien direct avec Mère Nature. Les pluies diluviennes de janvier ont eu un impact sur les trottoirs, a justifié Valérie Plante. Mon engagement, c’est de mettre tout en œuvre pour que l’hiver se passe bien.»

La présence de glace sur les trottoirs de la métropole sera traitée avec attention, a assuré la mairesse. Quelque 600 points d’observation sont prévus à travers la ville pour mesurer l’épaisseur de la glace au sol, qui a été un enjeu l’année dernière.

Parmi les autres actions entreprises par la Ville pour contrer l’accumulation de neige, on compte l’ajout de 33 nouvelles remorques servant à l’épandage de fondants et abrasifs sur les trottoirs.

Chaque arrondissement sera doté d’un budget visant à faciliter le déblaiement des entrées privées de personnes à mobilité réduite.

Le budget total consacré au déneigement est de 166,4 millions de dollars cette année, soit 3,3 millions de plus qu’en 2018. Une hausse insuffisante, selon Lionel Perez, chef de l’opposition officielle. Une tempête de neige coûte en moyenne 20 millions de dollars.

«Cette administration n’a pas le droit à l’erreur», a-t-il déclaré.

«On se garde une marge de manœuvre, s’il le faut, on va débloquer des sous», avait déjà déclaré la mairesse au sujet du budget, un peu plus tôt en après-midi

L’élément-clé du déneigement, affirme M. Perez, c’est le moment où la ville centre déclare un chargement de neige. Il craint qu’en imputant deux chargements locaux aux arrondissements, la Ville se déleste de cette responsabilité