Les activités du gouvernement fédéral à Montréal sont perturbées par une infestation de punaises de lit qui a entraîné la fermeture de certains bureaux et l’annulation de certains services hier, au Complexe Guy-Favreau.

Vincent Larouche Vincent Larouche
La Presse

C’est mercredi que l’infestation a été découverte, au 3e étage ainsi qu’au 10e étage du grand immeuble du boulevard René-Lévesque, dans des locaux de la Commission de l’immigration et du statut de réfugié (CISR). L’organisme fédéral a dû annuler toutes ses audiences hier sans pouvoir dire quand elles seraient reprises.

« Les employés de la CISR sont invités à trouver une autre modalité de travail », précisait-on dans un message diffusé sur internet à l’intention des fonctionnaires.

« La Commission de l’immigration et du statut de réfugié a entamé des procédures de décontamination de l’ensemble de ses bureaux de manière préventive », a confirmé à La Presse Jean-François Létourneau, porte-parole de Services publics et Approvisionnements Canada (SPAC), l’organisme qui gère le parc d’immeubles du gouvernement canadien.

Tous les bureaux inspectés

Le gestionnaire privé responsable du complexe a aussi été chargé hier d’embaucher une firme spécialisée afin d’inspecter tous les bureaux fédéraux de l’édifice, qui abrite notamment les bureaux de procureurs de la Couronne fédérale, un comptoir de Passeport Canada et des bureaux de Service Canada.

Hier soir, M. Létourneau était incapable de dire si l’opération entraînait la fermeture d’autres bureaux gouvernementaux, outre le système d’immigration. Il ne pouvait pas dire quand les bureaux fermés pourraient rouvrir.

Il a précisé que les locataires qui exploitent des commerces privés dans le mail du complexe ont été mis au courant de la situation et qu’ils recevraient sous peu une liste de firmes spécialisées qui pourraient les aider à vérifier s’ils sont touchés eux aussi.

« Services publics et Approvisionnement Canada gère plus de 1500 propriétés à travers le Canada et veille à ce que des programmes de lutte antiparasitaire soient en place dans ses édifices pour assurer le traitement en temps opportun des organismes nuisibles, conformément aux pratiques exemplaires de l’industrie », a-t-il déclaré.