Ils étaient des dizaines à s’entasser, caméra à la main, devant les reliques de Jean-Paul II et du saint italien Padre Pio, hier après-midi à la cathédrale Marie-Reine-du-Monde, à Montréal. Les fidèles sont nombreux à vouloir voir ces objets saints en visite dans la métropole.

Thomas Dufour Thomas Dufour
La Presse

Le sang de Jean-Paul II ainsi qu’un bout de tissu utilisé par le saint Padre Pio pour couvrir une plaie : voilà les deux reliques de passage à Montréal. Les objets seront exposés dans une dizaine d’églises au courant de la prochaine semaine.

« Padre Pio, c’est le frère André italien ! », lance Michel, un habitué de la cathédrale Marie-Reine-du-Monde.

PHOTO FOURNIE PAR LA CATHÉDRALE MARIE-REINE-DU-MONDE

Une femme se recueille, caméra à la main, devant une relique exposée à la cathédrale Marie-Reine-du-Monde, à Montréal.

Michel se déplace souvent pour venir voir les reliques présentées à Montréal. « On n’a pas assisté aux funérailles de Jean-Paul II à Rome, mais on a pu voir la relique », dit-il à la blague.

De nombreuses personnes viennent prier devant ces objets saints. « On peut demander la guérison, la paix ou la fin des injustices dans le monde », explique sœur Maria de la Luz.

Padre Pio est très populaire auprès de la communauté italienne à Montréal. « Il y a beaucoup d’Italiens qui sont venus pour voir la relique », confirme l’abbé Robert Gendreau.