Source ID:c67b173f4abd3715904e78a202142e8a; App Source:StoryBuilder

Crainte d'une nouvelle crise du logement à Montréal

Raphaëlle Thermier, son conjoint Jonathan et leurs enfants Soli... (PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE)

Agrandir

Raphaëlle Thermier, son conjoint Jonathan et leurs enfants Soli (4 ans) et Maëlia (8 ans)

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

À moins de trois mois du 1er juillet, des locataires s'inquiètent : trouveront-ils un appartement disponible ? Plusieurs organismes sonnent l'alarme et redoutent une crise du logement semblable à celle qui a frappé Montréal au début des années 2000. La Ville de Montréal dit suivre la situation « de près ».

« J'ai senti le gouffre. Ç'a été vraiment très difficile. » Raphaëlle Thermier a appris en décembre dernier que le grand quatre et demie de La Petite-Patrie qu'elle habite avec son conjoint et ses deux enfants de 8 ans et bientôt 4 ans faisait l'objet d'une reprise. Elle dit avoir frôlé la dépression pendant les mois qu'ont duré les recherches.

« J'ai vu un petit quatre et demie à 1800 $ à côté de chez moi. Ça n'a pas de bon sens », dit la mère de 42 ans. Elle a passé 15 ans dans son appartement, où elle payait 887 $ par mois. La férocité du marché l'a prise par surprise.

Situation préoccupante

Elle n'est pas la seule à avoir constaté la pénurie de logements adéquats ou abordables. Avec un taux d'inoccupation de 1,9 % en octobre dernier à Montréal, selon la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL), la crainte des conséquences d'une nouvelle crise est forte. « Il y a des locataires en pleurs qui nous appellent. Ils ont peur de ne pas trouver de logement », précise la porte-parole du Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU), Véronique Lafamme.

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, a dit suivre la situation de près lors d'un point de presse hier. La Ville a un service de « monitoring » en place et un service de référence, principalement pour les familles à faible revenu.

« Ce qu'on voit, c'est un remake de ce qui s'est passé au début des années 2000 », estime Martin Blanchard, responsable du dossier politique au Comité logement de la Petite Patrie.

Reprise de logements, conversion en condo ou en cottage, locations sur Airbnb : les raisons sont nombreuses pour expliquer la rareté des appartements et l'augmentation des prix. 

***

20 %

Une étude du Comité logement de la Petite Patrie datée de 2013 estimait à 20 % la perte du parc locatif dans le quartier au cours des 20 dernières années.

***

Pour des familles, des personnes à faibles revenus, des propriétaires d'animaux, la quête du logement s'annonce particulièrement difficile. Même à l'extérieur des quartiers traditionnellement plus recherchés.

« Une fois qu'il y a une annonce, 50 personnes se garrochent », a confié une femme préférant garder l'anonymat pour ne pas nuire à ses recherches. Elle convoite un logement dans Parc-Extension, a un revenu stable, est prête à payer 1200 $ par mois, mais elle est convaincue que le handicap développemental de son fils de 12 ans explique les nombreux refus. Une situation difficile à prouver, particulièrement devant l'abondance de bons candidats.

Le président de l'Association des propriétaires du Québec (APQ), Martin Messier, atteste que « c'est un fait que les candidats sont plus nombreux » et que les locateurs sont donc en bonne position pour faire des choix. Pour lui, cela permet avant tout aux propriétaires de choisir une personne qui se « comporte de façon adéquate », en respectant les voisins et la propriété, dit-il. Il recommande aux propriétaires d'éviter les questions qui pourraient mener à la discrimination illégale. Il recommande plutôt une vérification auprès des propriétaires actuel et ancien et des tribunaux.

« Roux, mais propre »

Des internautes rivalisent d'ingéniosité pour se démarquer dans la mer de locataires potentiels.

« Je suis roux, mais je suis full propre ! », annonce Jonathan Garand sur Facebook, un trait d'humour, dit-il, qui a permis d'attirer l'attention.

« Pas besoin de grand, juste de bien, pour être en tête-à-museau », indique Jennifer Marchand sur Facebook, photo de Boréale - un mélange de border collie et de golden retriever - faisant les yeux doux à l'appui.

Jennifer Marchand... (PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

Jennifer Marchand

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

« C'est quasiment rendu comme sur les sites de rencontres, confie la femme de 33 ans au téléphone. Il faut se vendre. » Même si elle a un emploi stable et toutes les références, la mention de son chien refroidit bien des futurs propriétaires, même lorsqu'elle offre une caution, explique l'actuelle résidante d'Ahuntsic.

« Il faut essayer de trouver une façon originale d'annoncer, tellement il y a de gens qui cherchent », conseille pour sa part Andy St-Louis. La chanteuse a diffusé une chanson après avoir appris la reprise de son logement. La vidéo est devenue virale... et lui a permis de trouver un appartement correspondant à ses critères.

La famille de Raphaëlle Thermier y est allée de moyens plus traditionnels et s'est finalement résignée à quitter le quartier et les arrondissements centraux, à contrecoeur, pour s'installer à Sainte-Anne-de-Bellevue. Un changement de cap : nouvelle garderie, nouvelle école, nouveau quartier. Le grand virage avait lieu le dimanche 31 mars.

Registre des loyers

Des organismes pour les locataires réclament un registre des loyers. Si un propriétaire doit divulguer le prix payé par le locataire précédent, l'information est difficile à vérifier. « Ça permettrait d'être sûr que le logement n'a pas fait l'objet d'une spéculation des loyers », indique Martin Blanchard, du Comité logement de la Petite Patrie. L'Association des propriétaires du Québec s'y oppose (APQ). « C'est un coût faramineux », estime son président, qui pense au contraire que la loi devrait permettre la mise à niveau du loyer en fonction du marché.

Logements sociaux 

Des groupes ont aussi dénoncé l'absence d'argent frais pour les logements sociaux dans le budget adopté récemment à Québec, alors que les besoins sont criants, disent-ils. « C'est la première fois qu'il n'y a pas d'argent pour de nouveaux développements en logement social depuis plus de 20 ans », a souligné Véronique Laflamme, du FRAPRU. L'enveloppe annoncée servira à réaliser des logements déjà prévus dans les budgets précédents. Des investissements « globalement décevants pour le logement social et communautaire », a pour sa part indiqué l'Association des groupes de ressources techniques du Québec.

Crise du début 2000

En 2001, la crise du logement a frappé Montréal. L'année précédente, le taux d'inoccupation moyen avait diminué de moitié, de 3 % à 1,5 %, pour la première fois depuis 1986. Des candidats faisaient la queue à l'extérieur pour visiter des appartements. Les boîtes vocales des propriétaires débordaient. Au 1er juillet, les familles forcées de déménager sans avoir trouvé un nouveau logis ont été hébergées par la Ville au YMCA. Des commissions scolaires avaient aussi offert d'ouvrir des écoles pour les accueillir temporairement. La crise est restée gravée dans bien des mémoires.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer