Un individu ayant projeté du gaz irritant à la station Berri-UQAM sans raison apparente a provoqué une brève interruption du service de métro cet après-midi, deuxième incident du genre depuis le début de l'année.

Mis à jour le 26 mars 2019
Pierre-André Normandin LA PRESSE

En début d'après-midi, un homme est entré dans un édicule de la plus importante station de métro de Montréal avec une bonbonne de cayenne à la main. Celui-ci a alors projeté son gaz irritant, incommodant jusqu'à huit personnes qui se trouvaient sur place. Aucune des personnes incommodées n'a eu besoin d'être hospitalisée.

L'individu qui a pris la fuite a été rapidement localisé par les policiers près de la station Berri. Il a été arrêté et pourrait faire face à des accusations de méfait pour son geste.

Rien n'indique que l'homme visait une personne en particulier. Celui-ci présentait des signes de problèmes de santé mentale.

L'incident étant survenu dans une station de métro, la plus importante du réseau, le service a brièvement été interrompu pour procéder à la ventilation et ainsi éviter que le gaz ne se propage dans le réseau. «Il s'agit d'une infiltration de matières dangereuses dans un des édicules de la station Berri-UQAM, ce qui impacte trois lignes», a indiqué Amélie Régis, porte-parole de la STM.

Vers 13h30, le transporteur montréalais a ainsi avisé les usagers des lignes orange, verte et jaune que le service était suspendu. La reprise a eu lieu à 13h45.

Comme l'incident est survenu loin des quais, l'interruption a été de brève durée, le risque étant jugé faible.

C'est le deuxième incident du genre depuis le début de l'année. Le 9 janvier dernier, une altercation entre deux hommes qui s'était soldée par un jet au poivre de cayenne avait paralysé le métro pendant l'heure de pointe. L'interruption avait été plus longue puisque l'attaque avait eu lieu directement sur un quai et que l'un des participants s'était enfui à bord du métro, contribuant à répandre le gaz irritant.

Arrêté quelques jours plus tard, Serge Panneton-Nadon, 38 ans, s'est reconnu coupable d'agression armée et de possession d'arme prohibée. Il a été condamné à 12 mois de prison. Rappelons qu'il est interdit d'utiliser une bonbonne de poivre de cayenne.