Source ID:3b0dc0d950fc355b8c4840f368da97a3; App Source:StoryBuilder

L'exode des jeunes familles vers le 450 s'accélère

L'exode des familles vers la banlieue s'intensifie à Montréal. La métropole a perdu l'an dernier près de 24 000 citoyens, le pire bilan en 10 ans, selon l'Institut de la statistique du Québec (ISQ).

Au moment de lancer leur carrière, David Gagnon et sa conjointe avaient décidé de s'établir à Montréal pour profiter de son effervescence : restaurants à quelques minutes de marche, spectacles. « J'ai toujours aimé la vivacité de Montréal. Dans la vingtaine, ça me comblait », se rappelle ce travailleur autonome.

Mais quand les enfants sont arrivés dans la vie du couple, la famille s'est peu à peu trouvée à l'étroit dans son condo de Rosemont. L'absence de cour et d'endroit où faire du vélo pour les deux enfants pesait aussi. 

« On vivait de plus en plus les désagréments de Montréal et on n'avait plus le temps de profiter des avantages. » - David Gagnon 

Le couple a envisagé d'acheter une propriété plus grande dans l'île, mais les prix étaient trop élevés, si bien qu'il a finalement opté pour Saint-Lambert, sur la Rive-Sud.

Son cas est loin d'être unique. L'an dernier, tout près de 60 000 Montréalais ont quitté l'île pour s'établir dans une autre région du Québec. Seulement 36 000 personnes ont emprunté le chemin inverse afin de s'installer à Montréal. La métropole affiche ainsi un solde migratoire négatif de 23 663 habitants. À noter, ces données ne tiennent pas compte des naissances et de l'immigration, qui continuent à contribuer à l'augmentation de la population de Montréal. La population sur l'île s'est ainsi établie à 2 033 189 personnes en 2017 (dernière année où cette statistique était disponible), soit une hausse de 1,2% par rapport à l'année précédente.

L'année 2018 marque ainsi le pire bilan en 10 ans pour la métropole. Le solde négatif de Montréal s'était légèrement estompé de 2009 à 2014, dans la foulée de la dernière crise économique, mais la vague de départs a recommencé à prendre de l'ampleur depuis.

Partir pour la famille

Ce sont principalement de jeunes familles comme celle de David Gagnon qui quittent Montréal, selon les données de l'ISQ. La métropole attire principalement des jeunes de 15 à 24 ans, soit au moment des études, tandis que l'île encaisse des pertes chez les 25 à 44 ans et les 0 à 14 ans. « Le déficit marqué chez les 0-14 ans indique que les familles avec enfants demeurent plus nombreuses à quitter l'île qu'à s'y établir », note l'ISQ.

Arrivée pour les études, partie pour la famille : le parcours d'Amélie Myrand-Langlois ressemble lui aussi à celui de milliers de personnes qui avaient choisi Montréal, mais ont fini par le quitter après avoir eu des enfants.

Amélie Myrand-Langlois et son conjoint avaient emménagé à Montréal durant les études de ce dernier, qui souhaitait se rapprocher des transports en commun. Mais une fois les études terminées et, surtout, six mois après avoir eu son premier enfant, le couple a décidé de troquer son quatre et demie d'Ahuntsic contre une maison unifamiliale de Laval.

« On n'avait pas une grosse cour et on en voulait une pour les enfants », explique la jeune femme. Autre facteur irritant majeur : le stationnement en hiver à Montréal.

« C'était très plate, dans les rues trop enneigées, avoir à sortir avec bébé dans sa coquille. Avoir sa propre entrée, c'est bien pratique. » - Amélie Myrand-Langlois

L'essentiel de ces départs de jeunes familles a bénéficié à la banlieue de Montréal. La quasi-totalité des pertes de la métropole (22 300 personnes) se sont faites au profit des banlieues nord et sud. À peine 1250 personnes sont parties s'établir plus loin dans la province.

C'est la Montérégie qui a le plus bénéficié de cet exode des jeunes familles, région qui a terminé l'année avec un bilan positif de 8918 habitants. Les Laurentides et Lanaudière suivent, affichant des bilans de 6294 et 3391 citoyens de plus.

Le bilan est plus nuancé à Laval, qui a gagné à peine 267 citoyens l'an dernier. La Ville attire de nombreux Montréalais, mais les données de l'ISQ révèlent que de nombreux Lavallois ont eux-mêmes choisi de s'établir plus loin en couronne nord.

« Ça fait plusieurs années que ce phénomène existe et notre priorité, c'est de freiner l'exode des familles », a réagi Benoit Dorais, président du comité exécutif de Montréal et bras droit de la mairesse Valérie Plante. Ce dernier a indiqué que Projet Montréal entendait poursuivre sa stratégie pour attirer et garder les familles [dans] l'île, soit simplifier l'accès à la propriété, améliorer la qualité de vie et faciliter la mobilité. « Mais ça va prendre un certain nombre d'années avant qu'on voie les résultats », a indiqué l'élu, soulignant que son administration était au pouvoir depuis à peine un an.

L'opposition a quant à elle jugé ce bilan migratoire « préoccupant ». « Est-ce l'effet Projet Montréal ? », a lancé Lionel Perez, chef d'Ensemble Montréal. Pour convaincre les familles de rester, l'élu estime que la métropole doit améliorer les services aux citoyens, notamment le déneigement.

La métropole n'est pas la seule à vivre un phénomène d'exode des familles. Si la région de la Capitale-Nationale attire de nombreux citoyens, 1521 l'an dernier, la Ville de Québec voit elle aussi de nombreux habitants partir pour s'établir en banlieue, principalement chez les 25 à 44 ans.

L'Estrie et la Gaspésie se démarquent

L'Estrie a connu un bon bilan l'an dernier alors que 1469 habitants s'y sont établis, soit son meilleur bilan en 15 ans. De nombreux citoyens de la Montérégie voisine ont choisi d'y déménager, tandis que moins de citoyens ont décidé de quitter la région.

Ailleurs au Québec, les régions éloignées affichent quant à elles des bilans négatifs, à l'exception de la Gaspésie, qui enregistre de faibles gains pour une deuxième année consécutive. La Gaspésie a perdu 2 % de ses habitants âgés de 15 à 24 ans, soit aux études, mais les gains, principalement chez les 25 à 44 ans, ont permis de compenser.

C'est sur la Côte-Nord que les pertes sont les plus importantes. La région compte 905 personnes de moins, soit 1 % de sa population.

***

Bilan migratoire 2017-2018

Régions intermédiaires

Estrie 1469

Chaudière-Appalaches 974

Outaouais 951

Centre-du-Québec 874

Mauricie 868

Régions éloignées

Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine 238

Bas-Saint-Laurent - 132

Côte-Nord - 905

Saguenay-Lac-Saint-Jean - 554

Abitibi-Témiscamingue - 406

Nord-du-Québec - 94

Source : Institut de la statistique du Québec




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer