Le déneigement coûtera encore cher cet hiver, prévient l'administration Plante. Après un hiver 2018 rigoureux qui a fait exploser la facture, Montréal s'attend à ce que les importantes précipitations plongent à nouveau les finances dans le rouge.

Pierre-André Normandin LA PRESSE

«On va probablement défoncer encore cette année», a indiqué Benoît Dorais, président du comité exécutif et responsable des finances.

L'hiver 2018 a coûté entre 200 et 225 millions, nettement plus que les 165 millions prévus au budget. Or en date d'aujourd'hui, Montréal rapporte avoir déjà ramassé autant de neige que prévu pour la totalité d'un hiver normal. «Déjà en ce moment, les équipes ont terminé le chargement et on aura ramassé l'équivalent du volume d'un hiver complet, soit 12 millions de mètres cubes. C'est assez exceptionnel», note Benoît Dorais. Et voilà, on annonce encore des précipitations.

L'administration Plante n'a pas encore d'évaluation du coût du déneigement, mais s'attend à ce que les 165 millions prévus au budget soient encore insuffisants.

Alors que plusieurs voix s'élèvent pour réclamer plus de déneigement des trottoirs, Benoît Dorais s'attend à ce que la question soit soulevée lors des consultations prébudgétaires que la métropole compte mener ce printemps. «Est-ce qu'on devra sacrifier autre chose pour faire plus de déneigement ? La question pourra être posée», a-t-il dit.

L'opposition a quant à elle dénoncé à nouveau la qualité du déneigement. «L'administration est dans le déni de la réalité. Il y a un manque d'écoute. Ils ne comprennent pas à quel point c'est difficile, dangereux», a déploré Lionel Perez, chef de l'opposition. Celui-ci demande à ce que la Ville de Montréal paye pour une vaste opération de déglaçage des trottoirs.