Le déneigement progresse à Montréal, mais tous les secteurs ne sont pas desservis également. Tour d'horizon.

NICOLAS BÉRUBÉ LA PRESSE

Rue Coursol, Petite-Bourgogne

Sa voiture étant coincée dans la neige, Siguy Ziunga a pris les grands moyens et a utilisé les plaques d'adhérence (traction aids) que sa femme avait achetées il y a quelques années. Il s'en est sorti sans trop de mal. « Le déneigement prend du temps, a-t-il dit. Et souvent, au lieu de remorquer les voitures, ils mettent une contravention et les contournent. Ensuite, on ne peut pas se stationner là, car la case de stationnement n'est pas dégagée. » Rue Coursol, un côté a été déneigé tôt hier, alors que l'autre est « planifié », mais pas encore annoncé. « On ne sait pas, dit M. Ziunga. On attend. »

Photo Olivier Pontbriand, La Presse

« Je n'ai jamais vu ça. »

Hier, la postière Karla Saltiel marchait sur les trottoirs glacés de la Petite-Bourgogne en se disant qu'elle aurait dû mettre ses crampons. « Je sais que la mairesse veut respecter l'environnement et mettre le moins de sel possible, mais on est une métropole ici. Les gens ont besoin de se déplacer. Je n'ai jamais vu ça. Ça fait 25 ans que j'habite à Montréal et je n'ai jamais vu ça. » Mme Saltiel salue le travail des déneigeurs. « Ils font ce qu'ils peuvent, mais ça reste glissant. Les gens tombent. Il y a des personnes âgées qui ne sortent pas de chez elles. Il faut mettre plus de sel. »

Photo Olivier Pontbriand, La Presse

Dans la rue en fauteuil roulant

Rue du Couvent, dans Saint-Henri, Pierre Gendron roulait hier avec son fauteuil roulant parfois sur le trottoir glacé, parfois directement dans la rue, avec les automobilistes. Les conditions du trottoir le touchent particulièrement : récemment, il a passé deux semaines sans pouvoir sortir de chez lui, car une grande flaque d'eau s'était formée devant sa résidence. « C'était l'enfer, dit-il. L'autre jour, mon fauteuil s'est renversé à cause de la glace, et j'ai failli être happé par un automobiliste. »

Photo Olivier Pontbriand, La Presse

Un fort à NDG

Dans bien des rues de Notre-Dame-de-Grâce, le déneigement n'était pas amorcé. C'est le cas de l'avenue Mayfair, où des gens ont même pu faire un fort avec des blocs de neige compactée sur une case de stationnement. Lors de notre passage, les trottoirs étaient glissants au point d'être impraticables : il était plus sécuritaire de se déplacer à pied au milieu de la rue. C'était aussi le cas dans plusieurs rues résidentielles du secteur, alors que les rues plus achalandées étaient mieux dégagées.

Photo Olivier Pontbriand, La Presse

Mont-Royal s'en tire bien

Dans Mont-Royal, ville de 20 000 personnes environ entourée par Montréal, les trottoirs et la chaussée étaient très bien dégagés dans la quasi-totalité des rues que nous avons pu visiter, achalandées ou non. Bon nombre de trottoirs étaient exempts de glace, ce qui fait le bonheur de Monique, qui se déplace lentement avec sa canne. « J'habite ici depuis 1980, et je dois dire qu'ils font un bon travail, nous a-t-elle dit. Bien sûr, il faut parfois patienter derrière les camions qui retirent la neige, mais ils ne peuvent pas faire de la magie, ils doivent bien l'enlever, la neige. Je crois qu'ils font leur possible. »

Photo Olivier Pontbriand, La Presse

Bancs de neige dans Côte-des-Neiges

À Côte-des-Neiges, le bilan est variable : les rues commerciales comme Van Horne sont bien dégagées, mais dès que l'on s'aventure dans les rues résidentielles, d'imposants bancs de neige apparaissent, comme c'est le cas à l'angle de la rue Lavoie et de l'avenue Barclay. « Dans les petites rues, j'ai l'impression que c'est négligé, a expliqué un piéton qui a dit s'appeler Stéfan. Lorsqu'on se déplace à pied, c'est horrible. Il faut vraiment faire attention, ou aller s'acheter des crampons. »

Photo Olivier Pontbriand, La Presse

Déneigement réalisé à 72 %, dit la Ville

Marilyne Laroche, relationniste à la Ville de Montréal, note que le déneigement progresse cette semaine. « Nous sommes rendus à 72 % pour la ville dans son ensemble. On voit que dans la plupart des arrondissements, ça va très bien. Pour la grosse majorité, ils sont en haut de 60 %. » Mme Laroche note que le déneigement a fait relâche en fin de semaine pour respecter les exigences de la loi 430, qui oblige les travailleurs à prendre une pause de 36 heures après 70 heures de travail en moins d'une semaine. « Si tout va comme prévu, on devrait terminer le chargement d'ici jeudi au plus tard. Ça dépend toujours des conditions, mais avec ce qu'on annonce, on devrait être en mesure d'atteindre cet objectif. »

Photo Olivier Pontbriand, La Presse